Des nouvelles d'Elle

Chapitre 1

Le fantasme

artfichier_761076_7544410_20180118491241.jpg

Les yeux fermés, je sens sa main glisser le long de ma cuisse. Je frissonne de plaisir, mes seins se durcissent à l'idée qu'il puisse monter plus haut. Le souffle de sa respiration caresse ma  nuque. Je gémis doucement, j'attends qu'il morde mes lèvres, que son sexe effleure le mien, quand il me dit : “Room service “ toc toc toc “Room service “... j'ouvre les yeux,  sors de la baignoire, enfile mon peignoir tout en veillant à ne pas glisser lamentablement sur le sol ; j'ai le même sentiment de culpabilité que quand j'avais 15 ans et que je risquais de me faire surprendre par ma mère en train de fumer un joint. Mince !!! être arrachée à un rêve qui s'annonçait parfaitement bien pour un pauvre «croque monsieur» trop cuit... Mais qu'est ce qui m'a pris de commander ce truc...  Arrgghh  je resserre mon peignoir et prends mon air de femme froide et distante histoire de masquer complètement mes pensées... j'ouvre la porte.... personne !!! Le plateau est posé au pied de la porte avec une petite note... 17 euros .... bah évidemment je pouvais pas m'attendre à autre chose. Je prends ce croque qui m'a coûté un bras, me fais une place sur le lit entre mon ordinateur, les fringues et une pile de magazines féminins. J'avale cette chose sans goût  en me jurant que demain c'est régime salade verte et tutti quanti.

J'abandonne l'idée de me laisser aller dans mon bain ; ça fait des jours que je fais le même rêve de toute façon. Je me décide à ranger cette chambre qui ressemble un champ de bataille, il est 20h00 dans 20 minutes j'appelle pour souhaiter une bonne nuit aux enfants, je culpabilise de me sentir libre et légère sans eux et leur père... mais après cet orgasme loupé, ce repas minable et cette chambre on ne peut plus glauque, ils me manquent tous les trois.


Mon rôle de mère accomplie, l'envie de parler à une copine me prend, je me connecte aussitôt sur facebook ... personne ! Enfin si, tous ceux à qui je ne veux pas parler ; amis éloignés, grand mère et autres mecs que j'ai dû retrouver sur copain d'avant et à qui je ne sais pour quelle raison absurde j'ai refilé mon adresse ...Tant pis je me décide donc à regarder mon planning pour la journée de demain... »10h15 rendez vous au 10 place de la mairie Grand Quevilly, contact monsieur Legros . Charcutier. 2 images un portrait en pied devant sa boutique et un plan plus serré avec si possible sa nouvelle recette de tripes ». Mais pourquoi c'est moi qui récupère toujours les plans tripes à vomir ... pourquoi j'ai jamais le droit aux petits fours, caviar et champagne  !!! Avec mon bol il va me faire goûter... il manquerait plus que ça... Il a beau être le chouchou du moment de tous les grands chefs cuisinier de Paris... des tripes ça reste des tripes et à 10h00 du mat ça devient tout simplement impossible d'imaginer mettre cette chose dans ma bouche.... je cesse d'y penser avant que je ne sois définitivement malade. Je suis même prête à engager une conversation avec monsieur copain d'avant histoire de me changer les idées quand, la petite sonnerie de mon ordi me prévient d'une nouvelle connexion sur facebook. C'est lui !! Mon sang ne fait qu'un tour, je me recoiffe machinalement comme si j'allais allumer ma webcam ! Débile profonde que je suis, alors que lui ne m'a certainement pas remarqué parmi ses multiples amis en ligne ... Bah oui c'est évident! Contrairement à moi, il doit compter tout ce qui se fait de plus branché dans sa liste d'amis. C'est pas grand mère qui doit lui tenir le crachoir...Bref je me redresse oublie complètement mes tripes pour demain et commence à me poser la question obsédante : je lui écris ou pas !?

Et puis zut de toute façon j'ai rien à lui dire, je vais quand même pas lui raconter que je rêve de lui en prenant mon bain... c'est pas une chose qu'on dit à quelqu'un qu'on connaît à peine??!! En plus il a l'âge de mon petit frère...si j'en avais un...Bon il faut que je trouve une occupation, la lecture, c'est bien ça la lecture ! J'attrape le premier magazine de la pile, Il titre “sexe et prise de poids, comment lutter“ ?? Ridicule mais qu'Est-ce-qu'il leur prend dans les rédactions ?? Je vais quand même pas lire ces conneries !!! Je le balance au bout de mon lit et attrape celui du dessous...  “Avoir 30 ans et un Amant, les 10 questions à se poser“ Non mais vraiment c'est n'importe quoi!!!  Mais je vais quand même le lire pour m'en assurer.

-  Êtes vous heureuse dans votre couple ? bah oui évidemment j’ai juste envie de tout gâcher !!!

- Avez vous déjà fantasmé sur un autre homme que le vôtre ? Bah non c'est pour ça que je lis cet article !!!

- Combien de paires de chaussures avez-vous dans votre armoire ? 15 mais je ne vois pas le rapport !! Non mais ils fument, c’est pas possible.

- Travaillez-vous dans un milieu exclusivement féminin ? Non euh oui, je sais pas ! ça change quoi ?


- Êtes vous engagée dans une cause humanitaire ? J’ai donné à la Croix-Rouge l’année dernière est-ce que ça compte ?


J’en suis à la moitié de ce questionnaire et je me demande en quoi ça va m’aider à engager la conversation avec Roméo… En plus je suis en train de culpabiliser sur la futilité de ma vie et je me dis que la prochaine fois, je fais une promesse de don au Téléthon !!!

- Est ce que votre meilleure amie a déjà trompé son mec ? bah c’est pas des choses qu’on se raconte facilement, faut que je pense à lui poser la question !! sympa tes nouvelles chaussures, t’as déjà trompé ton mec ? mouais pas facile à placer quand même !!!

- Êtes vous vaginale ou clitoridienne ? euh les deux docteur, c’est grave ?

- Avez-vous du temps libre rien que pour vous ? hé hé bah oui malin !!! vaut mieux pour un cinq  à sept !!! pff non mais j’hallucine, j’aimerais bien savoir combien elle touche par mois pour écrire ça Rosalie machin chose ??!!!

- Combien de fois par semaine faites-vous l’amour ? 10 à 15 fois, ça dépend !! Mais jamais entre les repas !!!! non mais c’est certain elle a de l’humour

- Êtes vous prête à sauter le pas ? Non mais je veux bien ta place !!!

Me voilà bien avancée, c’est certain qu’à part, avoir fait le point sur le nombre de chaussures dans mon placard (pas assez c’est évident) et me rendre compte de ma radinerie !!! J’en sais absolument pas plus.

Haha, il y a des témoignages de filles mon âge ! je vais peut-être trouver des réponses ?

 

Lucie 31ans Agent de Change

J’ai trompé mon mec avec mon ex !!! (ah bah oui mais ça ne compte pas ça)…on s’est retrouvé dans un café un soir, il avait gardé quelques uns de mes CD, bon on peut pas dire qu’ils me manquaient car ma période Bérurier noir et AC/DC m'est passée depuis un bout de temps. Mais je me suis dit que c’était l’occasion de le revoir. On a beaucoup discuté, il m’a parlé de sa femme qui était exceptionnelle et tout le tralala pas très passionnant, mais touchant. Je lui ai parlé de mon travail hallucinant (ouais là faut pas pousser Lucie). Je lui ai vaguement parlé de mon mec et puis on a décidé de se revoir la semaine prochaine, comme ça, pour rien.La semaine suivante dans le même café, il m’a dit qu’il me trouvait radieuse, je lui ai répondu que je le trouvais séduisant…Je ne sais pas si c’est le fait qu’on avait déjà couché ensemble, mais 5 minutes plus tard on était dans la chambre de l’hôtel juste en face du café. On a fait l’amour comme si on s’était quitté hier, la mémoire du corps revient vite c’est fou. On s’est quitté juste après en se souhaitant du bonheur pour la vie et l’on ne s’est jamais rappelé.


waouh impressionnant mais j’ai pas du tout envie de revoir mon ex sinon je l’aurais pas quitté !!! Y en a pas une qui fantasme sur le même mec que moi et qui aurait une idée pour que je lui parle ??!!!

Bon je referme ce magazine certainement encore trop intellectuel pour moi et je jette un œil sur mon ordi … Allez je me lance, je vais lui envoyer un émoticon genre le baiser !!! comme ça rien à écrire et je lui laisse la possibilité de me répondre ou non …

Envoyé...

Hum hum pas de réponse... je m'en doutais... j'aurais jamais dû lui écrire en plus c'est complètement niais comme émoticon le baiser!!!!

Roméo :
Hé salut ça fait plaisir ce baiser tu vas bien ?

Top il me répond mais qu'est ce que je vais lui raconter ?

Moi (3 minutes plus tard... genre je suis occupée) :
Bah oui ça va très bien !!! Je suis paumée dans une pauvre ville normande, enfermée dans un hôtel minable en attendant mon shooting de demain!! Le pied quoi...

Roméo (réponse instantanée) :
Aïe pas cool
Roméo :
Ça m'a fait super plaisir de te revoir la semaine dernière au pub à Odéon... je t'avais pas vu depuis longtemps

Moi :
C'est gentil, mais on avait quand même mis 32 ans avant de se voir la première fois!!! alors te revoir 1 mois après ton expo c’était pas si long...

Roméo :
Ah ah ah t'as raison mais comme t'es restée que dix minutes au pub et qu'il y avait tous mes potes on n'a pas vraiment pu se parler !!! Alors ça compte pas vraiment... il faudrait qu'on aille se boire un verre très vite.

Moi (rouge écarlate) :
Bah  c'est ta cousine qui m'avait donné rendez-vous là bas avant d'aller au ciné.. Et oui ok pour un verre si on arrive à se croiser!!! Et je te le redis encore Bravo pour ton expo c'était  super... j'ai remercié ta cousine de m'avoir traînée là bas...

Roméo :
Elisabeth ouais elle est top!!! Moi je l'ai remercié de t'y avoir traînée aussi.

Moi (je crois que mon coeur à cet instant s'est arrêté de battre!!! allez on souffle et on essaie de garder le contrôle) :
Euh ouais elle est super  c'est une très bonne amie...

Moi (faut que j'arrête de lui parler je flippe) :
Bon bah on se tient au jus pour aller boire ce verre ??!!! j'te fais des bisous (re émoticon baiser)
Roméo :
J'adore les baiser... biz

Moi (trop conne) :
Re émoticon baiser ...

Roméo :
Attention j'suis un garçon sensible !!

Moi :
besitos bonne nuit

Et je me mets rapidement en invisible histoire qu'il pense que je suis déconnectée !!!

Holala mais c'est quoi cette conversation de "ouf"  que je viens d'avoir (bon ok j'ai 14 ans là) mais quand même. Je remonte le curseur de l'ascenseur pour relire notre discussion. J'ai pas rêvé il me drague !!! C'est pas moi qui fantasme encore... je relis 12 fois ces quelques lignes... j'essaie d'imiter et de retrouver ses intonations de voix...c'est dingue Roméo me propose d'aller boire un verre!!!

Je pose mon ordi, éteint la lumière, me glisse dans mon lit, ferme les yeux et ...  Je gémis doucement, j'attends qu'il morde mes lèvres, que son sexe effleure le mien...

Chapitre 2

Le test

artfichier_761076_3307245_201401112146320.jpg

Dans le train qui me ramène sur Paris je m'active à éditer et à retoucher les images de quatre jours de taf. Je ne sais pas si mon état nauséeux est dû au fait que je retouche dans le sens contraire de la marche du train où si c'est dû à l'absorption massive de charcuterie ! Non mais la prochaine fois qu'on m'envoie faire le tour des meilleurs artisans charcutiers d'une région, je demande une prime de risque. Je me sens de plus en plus mal, c'est quand même étrange, je crois que je vais être malade (et dire qu'on fait l'éloge de leurs produits à Paris ! Pfff même pas frais ! Je m'extirpe tant bien que mal de ma place, accroche le câble d'alimentation de l'ordi à ma jupe et manque in extrémis de le faire tomber sur ma voisine d'à côté. La tête me tourne, Je me précipite dans le couloir, évidemment les toilettes sont à l'autre bout et une sorte d'angoisse me vient en me disant que je n'arriverai jamais jusque là bas. Je prends mon élan et me jette dans le couloir d'un pas décidé... mais arrivée à la moitié du chemin le train se met à tanguer ! Ça combiné à mon élan plus que dynamique et aussi à mon talon de chaussures biseauté ! Je me retrouve en 1/4 de seconde les quatre fers en l'air...Je suis rouge écarlate... morte de honte...Mes plus proches voisins m'aident à me relever, me demandent si je vais bien ! Mais je vois bien à leurs sourires en coin qu'ils me trouvent ridicule ! Le côté positif c'est que ça m'a fait passer mon mal de coeur ! C'est déjà ça... mais je sens à la douleur qui s'installe que je vais avoir les fesses de la schtroumpfette !

En regagnant ma place tous les regards sont braqués sur moi et je me demande ce qu'ils peuvent bien penser du genre : “...ça met des talons mais c'est pas foutu de savoir marcher avec ! ou alors c'est fou les ravages de l'alcool quand même sur les jeunes femmes (enfin elle doit pas être si jeune), ou encore ; quand on pense aux garçons voilà ce qui arrive ! hé même pas vrai j'y pensais pas. Ce que les gens peuvent être médisants ! Je me dis surtout que je suis bien punie, il y a deux jours j'ai envoyé à tous mes amis la vidéo du top modèle qui se casse la figure sur un podium ! Ça m'apprendra à me moquer... je rejoins donc ma place et m'étonne encore du fait que je me sente soudainement mieux !

C'est drôle je n'avais pas été nauséeuse comme ça depuis mon 3ème mois de grossesse de mon deuxième petit bout. Hein, quoi, comment ! holalala je commence à analyser ma soudaine pensée ! Mon cerveau se met en mode calcul à la vitesse de l'éclair ! Heu, quand est ce que j'ai fait l'amour la dernière fois, moins, le dernier ou le premier jour de mes ragnagnas. Mince avec le temps je devrais savoir à partir de quand on compte ! Je mélange toutes ces dates... et résultat... Aïe aïe aïe ! Ah non c'est pas possible je m'étais jurée de ne plus avoir d'enfant.

Bon du calme ça ne veut rien dire, bien que je commence à avoir une certaine expérience sur ce genre de bouleversement hormonal ! Avec quasiment 2 ans de gestation ! Enfin façon de parler... et je viens juste de retrouver mes sensations de femme. Mais pourquoi je n'ai pas fait mettre ce stérilet ?On ne panique pas, dés que j'suis à Paname j'achète un test.

Arrivé en gare de Paris Saint Lazare j'attrape machinalement mon portable, j'ai un message de mon cher et tendre “n'appelle pas de taxis, j'suis à la gare je t'attends“. Cool quel amour. 
Je le retrouve à la voiture à la dépose minutes. Mince il aurait pu venir m'aider à porter tout mon matos !
Il sort quand même de la voiture me claque un gros bisous sur la joue, alors que moi j'imaginais des retrouvailles dignes d'un grand film romantique. Pas grave j'suis déjà contente qu'il soit là. Je lui demande 3 minutes histoire de foncer (un bien grand mot) chercher un truc à la pharmacie juste en face. Il me demande pourquoi je marche en me tenant le postérieur vers l'arrière... je lui lance un j'te raconterais tout en rentrant dans la pharmacie. De retour dans la voiture je lui sors la boite de clearblue avec une petite moue et les larmes aux yeux... Il me caresse la nuque en me disant “merde t'es certaine ? Bah non chouchou ! c'est pour ça que j'achète le test ! Il me dit : “tu vois t'aurais dû m'écouter la sodomie reste le meilleur moyen de contraception.“ Ah ah ah, très drôle mais j'suis vraiment pas d'humeur là tu vois. Nous rentrons à la maison sans dire un mot chacun perdu dans ses pensées...

 

Le lendemain matin assise sur les toilettes je lis attentivement le mode d’emploi (dès qu'il y a le mot test quelque part, je panique ! Même pour un test d'urines ! qu’est ce qu’on va faire si c’est positif…
Je retarde le plus possible le moment de vérité, mais ma vessie est sur le point d’exploser ! De toute manière il faut savoir…
En attendant le résultat, je repense à mon premier avortement que j’espérais être le dernier. Je suis perdu au milieu de cette bande d’extrémistes intégristes anti-avortement ! Ils sont très doués pour me faire sentir quel être misérable je suis de vouloir ainsi ôter la vie ! Quelle bande de salopard !
Comme si ce n’était pas assez difficile comme ça…Qu’est ce que j’aurais fait d’un enfant à 18 ans.
Même dans la légalité, rien n'est jamais complètement acquis…Si je pouvais revenir aider la gamine que j’étais à 18 ans à répondre à toutes ces agressions. Je repense à ce médecin et comment il m’avait sorti cette phrase stupide “il a bien un père cet enfant“ alors que je n‘avais rien coché sur le formulaire concernant le soit-disant père… Oui et alors pourquoi je devais lui donner la profession du géniteur ? En quoi cela changeait les choses avec leur statistique de merde ! J’aurais dû répondre «Profession ? gynécologue « espèce de con…Et lui faire bouffer son questionnaire !
Finalement on m’avait juste mal traitée et laissée sans anti-douleur après cette interruption de grossesse, mais j’étais restée libre de mes choix .
Si aujourd’hui le test est positif, va pas falloir qu'ils me cherchent ces extrémistes ! Mais bon la peine ça…c'est autre chose...

3 minutes plus tard le test est négatif… coup de téléphone à ma gynéco… je me fais poser un stérilet !

Je descends voir mon cher et tendre et nous passons 10 minutes dans les bras l’un de l’autre…Puis nous reprenons le cours normal de nos vies avec la légèreté qui m’est habituelle… Pendant quelques semaines...

Chapitre 3

Le bain

artfichier_761076_7544411_201801185320780.jpg

 

21h00 la maison est calme... Soucieuse de préserver l'environnement et nos ressources d'eaux planétaire,  j'hésite à me faire couler un bain. Je me dis quand même avec tous les produits bio sans pesticides que j'achète, je peux bien être un peu égoïste.

Trois options s'offrent à moi :

Option 1 : bain + match de foot à la radio
Ce soir il y a l'OL contre l'OM, difficile de passer à côté !! L'année dernière je supportais Troyes mais depuis qu'ils ont été relégués en D2 je suis passée à l'OL (au moins j'suis certaine de les suivre plus longtemps)

Option 2 : bain + masques pour cheveux, visage, ventre, cuisses, pieds ...
Le tout c'est de ne pas se tromper !
NB : Option 1 compatible avec Option 2

Option 3 : bain + huiles essentielles de ylang ylang
Une sorte de concentré anti-dépressif, relaxant et aphrodisiaque.
NB : Non compatible avec Option 1 & 2


Après un examen approfondi de ma tête, je me dis que l'option 2 est plus que nécessaire. Une copine a eu la bonne idée de m'offrir pour mes 30 ans un miroir grossissant (une vrai peste celle là) et, le nec plus ultra selon elle, c'est la petite lumière intégrée ! Bah oui au cas où on n'aurait pas vu toutes les imperfections du premier coup ! Ça ne devrait pas exister des trucs pareils, même Kate Moss ressemblerait à un crapaud si elle l'utilisait.
Non mais je sais pas quitte à me faire un cadeau pour la salle de bain, j'aurais de loin préféré un petit canard tout mignon et tellement réconfortant ! 
Idéal pour l'option 3...


Je pars chercher mon téléphone portable oublié dans mon sac à main, au cas où Zaza m'appelle, 21H30 c'est souvent notre heure de radio potin (compatible avec l'option 2). Je traverse l'appart’ en petite culotte, je fouille dans mon sac, tsss ! mais c'est quoi cette mode des sacs gigantesques ? J'ai le temps d'attraper un rhume avant de retrouver mon portable dans l'écharpe que je tricote, (nouvelle lubie du moment).
Mon “ami“ entre les mains, je fonce dans la salle de bain en grelottant... je vais l'apprécier ce bain !

Dans ma précipitation, je n'ai même pas vu que j'avais un nouveau texto.
C'est Roméo : “bah alors ce verre ? Tu sais que j'ai pensé à toi toute seule dans cette chambre d'hôtel minable...biz“

Réaction n°1 : yes trop cool ce message.

Réaction n°2 : il serait pas un peu pervers ?

Réaction n°3 : oh, il est choupinet il pense à moi !

Au vu de ce nouvel événement je retiens donc l'option 3.
Objectif fantasmer sur Roméo aussi longtemps que l'eau restera chaude ...

Je vais lui répondre je suis une fille polie : “j'suis dans mon bain... on voit ça demain“
Je me glisse dans le bain remplie au tiers, parfumé d'ylang ylang et laisse couler l'eau brûlante le long de ma hanche. Je me laisse complètement aller ; le niveau de l'eau qui monte doucement caresse tout mon corps, je commence à peine à effleurer l'intérieur de mes cuisses quand mon portable bip. J'attrape mon téléphone de la main restée libre...
Nouveau message “non seulement c'est plus compliqué d'avoir RDV avec toi qu'avec le directeur des expositions de Beaubourg ! Et en plus tu me laisses fantasmer sur toi dans ton bain comme ça ! C'est malin.“

En lisant les mots “fantasmer sur moi “ mélangé à l'efficacité de cette huile, une sorte d'excitation me vient et parcourt tout mon corps d'une onde plus que sensuelle. Je lui réponds : “c'est drôle moi aussi je fantasmais en pensant à toi ...
Je me dis que je ne suis qu'une petite allumeuse, que ça ne se fait pas d'envoyer ce genre de messages. Mais après tout c'est lui qui a commencé et ce petit jeu de séduction commence à me plaire...Même si une petite voix dans ma tête me dit que c'est vraiment pas une bonne idée.

Nouveau bip “j'ai pensé à un kdo pour l'anniversaire de ton père rappelle-moi, bisous maman“

AH NON PAS ÇA ! Bon bah je crois que c'est mort ...

NB: texto de ma mère définitivement incompatible avec l'option 3

Message de Roméo :
“dis m'en plus je t'en prie“

Réponse après douche froide provoquée par message de ma mère :
“non laisse tomber, bonne nuit“

Assise sur mon lit, je me tâte entre relire pour la 100e fois les deux première pages du livre qui traîne sur ma table de nuit (histoire de re-tester son pouvoir soporifique) ou bien parfaire mon niveau de math en faisant une grille de sudoku... je jette un coup d'oeil rapide à la pendule, il est 23h23, dans 30 minutes, mon homme sera là.
J'ai très envie d'attendre son retour avant de dormir, j'ai très envie de le séduire, j'ai très très envie qu'il retombe amoureux de moi (efficace tout de même cette huile d'ylang ylang).
Hop, je décide donc pour mettre toutes les chances de mon côté d'opérer à un petit relookage de ma tenue nuit ! Exit les grosses chaussettes en laine, exit le vieux survêtement que je garde depuis mes 14 ans et son copain le col roulé... bonjour la petite nuisette noire ! J'ai super froid mais bon faut bien ça... je vais quand même garder les grosses chaussettes jusqu'au dernier moment. De toute façon les pieds froids il n'aime pas…

Chapitre 4

La kermesse

artfichier_761076_3311928_201401123232813.jpg

J’ouvre les yeux  6h30 du matin… je regarde à côté de moi, personne ! Il n’est pas rentré… J’attrape mon portable, un message… “Pardon, on a fini tard je prends le premier train, je serai là pour 11h00 on se retrouve à l’école…“

Mouais c’était bien la peine que je frôle la pneumonie dans ma nuisette…Et oui c’est vrai, j’avais complètement oublié la kermesse de l’école…Je referme les yeux et m’accorde encore une heure de sommeil.


J’arrive en retard comme d’habitude, mais les enfants ont leur déguisement et j’ai les gâteaux ouf ! J’ai juste oublié l’appareil photo. Quand je vois les autres parents je me demande comment ils font… C’est vrai quoi tout est parfait chez eux ; le père et la mère sont là, leurs enfants sont bien coiffés, leur gâteau n’est pas brûlé et les déguisements sont dignes d’une grande maison de couture ! Et ils ont bien évidemment leur petit appareil photo en bandoulière …Tom me présente sa petite copine… Elle est mignonne. Je lui demande si c’est bien la même fille qui lui a fendu la lèvre  il y a deux jours. Il me dit que oui que c’est une fan de spider man… waouh super… Je m’approche  de Terminator à couettes et lui suggère d’y aller un peu moins fort la prochaine fois qu’elle a un petit différend avec mon fils …


J’assiste donc au défilé des enfants sous le préau avec cette horrible musique qui grésille sur le pauvre magnétophone… le même depuis 30 ans à mon avis…

Je regrette que leur père ne soit toujours pas arrivé. Vient ensuite le moment que je redoute le plus… Gérer une dizaine de gamins 4 ans et leur faire goûter nos gâteaux et trouver quelques jeux à leur faire faire ! Ils me regardent tous ; va falloir trouver vite un truc.. Une petite fille me tire sur la jupe et me dit qu’elle aime beaucoup mes chaussures ! Je lui réponds c’est bien petite tu iras loin. Histoire de rester une maman dans le coup, je décide de jouer aux gros mots qu’on ne doit surtout pas dire. Tous assis autour d’une table, je me lance ; Il ne faut surtout pas dire “caca boudin“ (un grand classique).  Tous les enfants répètent, dans un grand cri d’hilarité  ‘’caca boudin“. Devant un tel succès, je continue… Il ne faut surtout pas dire “pipi qui pue “deuxième victoire les mômes se marrent ! Je récupère même quelques enfants des tables d’à coté ! Je continue ce petit jeu en jubilant à l'idée que les parents qui vont récupérer leurs enfants ce soir vont être furax…

10 minutes après je croise la maîtresse, les enfants sont calmes car ils mangent mon super gâteau, qu’ils qualifient de “ grosse crotte de bique“!!  Je ne peux qu’approuver même si j’ai bien gratté tout le brûlé, je trouve que la ressemblance est frappante ! Heureusement il reste quand même mangeable…

Je m’éloigne  donc de la table pour aller discuter avec la maîtresse. J’ai toujours la petite fan de mes chaussures accrochée à ma jupe… Je lui demande gentiment si elle n’a pas une mère dans le coin qui aimerait bien la voir ? la p’tite regarde la directrice et lui dit “ faut pas dire caca boudin qui pue même si t’es trop moche “ oups la maîtresse lui tombe dessus en lui disant qu’elle doit me présenter des excuses …La petite se met à pleurer… J’ai un peu honte, je peux quand même pas dire que c’est de ma faute et prendre sa défense ! Bon aller tant pis je regarde la maîtresse en baissant les yeux… euh c’est moi qui lui ai appris ! Elle me lance un regard noir… Je lui réponds au fait il faut que je vous donne un chèque de 40 euros c’est ma participation mensuelle pour l’école ! Elle me sourit et part rejoindre un autre groupe de parents. Et merde ça me coûte 40 euros mes conneries… Je retourne vers mon petit groupe d’enfants, soulagée d’y voir enfin assis au milieu, mon cher et tendre homme.

À la fin de le journée, nous récupérons les enfants et rentrons tous les quatre comme une vraie petite famille modèle, heureuse d'avoir participé à un événement unifiant le clan. Enfin je suis quand même sur les rotules et je décide de laisser tomber ma panoplie de “super maman“ pour le soir et de passer  chez le traiteur indien pour sustenter la tribu...

Le repas se passe dans la joie et la bonne humeur (c'est à dire dans les cris, les “NON les Naans au fromage ne sont pas des Frisbee“, ou bien encore les “si je vois encore un seul grain de riz par terre“  ARRRRGHHH) un pur bonheur donc... 
J'envoie tout ce petit monde au lit et me glisse tranquillement dans le mien....

Chapitre 5

L'intoxication

artfichier_761076_3311935_201401123623496.jpg

 

5h du matin je me réveille nauséeuse, mal partout et parfaitement consciente qu'il me faut rejoindre la salle de bain au plus vite. Je me lève m'assomme contre  la porte que je croyais ouverte... je pénètre dans les toilettes et me laisse mourir accrochée à la cuvette ! Je crois que je n'ai aucun souvenir d'avoir été un jour dans ma vie, aussi malade que ce matin... même les souvenirs de mes pires cuites me semblent plus doux...

Vers 7h30 quand toute la petite famille se réveille, je suis toujours accrochée à  cette cuvette ! Je n'ai plus rien dans le ventre et je maudis ce restaurateur indien peu scrupuleux apparemment sur la qualité de ses produits...

Je déclare forfait pour accompagner les enfants à l'école et laisse mari et progénitures  partir m'abandonnant sans trop d'inquiétude à mon sort ... Mon cher et tendre en partant me lance un je t'appelle dans la matinée pour savoir si ça va mieux !

Vers 9h alors que je viens à peine de rejoindre mon lit en rampant on sonne à la porte... je  peux à peine bouger le petit doigt alors descendre ouvrir je n'y pense même pas... Tant pis... 1 minute plus tard coup de téléphone. Heureusement que je l'ai près de moi.

“Eh bah alors qu'est que tu fous, j'te signale que je devais passer chez toi prendre mes affaires aujourd'hui ! On s'était mise d'accord hier ! T'es où encore...
  
“Elisabeth ! Ne cries pas si fort... qu'est ce que tu m'embrouilles là ... Attends je descends. Ça va prendre 15 minutes mais j'arrive...“

Mais pourrrrrquoiiiiiiii maintenant ? Ça fait six mois qu'Elisabeth doit venir chercher son m3 de bordel qui encombre mon bureau et il fallait que ça tombe aujourd'hui ! 
En allant ouvrir la porte je me dis que le côté positif c’est que je vais pas avoir à me taper le chargement dans sa voiture !

J'arrive enfin à la porte la mine défaite les cheveux limite gras le peignoir de mon cher et tendre troué sur le dos et à moitié pliée en deux ... 
J'ouvre ; Elisabeth me saute au cou me claque deux bises et me crie “bah alors poulette c'est quoi cette tête ?“ 
Je m'apprête à fermer la porte derrière elle quand horreur…
“Au fait j'suis venue avec mon cousin pour charger la voiture ! Je ne vous présente pas je crois ?!“
 AAAAAAHHHHHHHH ROMEO. Qu'est ce qui pouvait m'arriver de pire que ça... Je me tourne vers Elisabeth sans porter le moindre regard vers Roméo (politique de l'autruche, si je ne le vois, pas lui non plus).
“Elisabeth je suis en train de mourir là... alors tu connais l'appart fait tout ce que tu veux et claque la porte derrière toi. Je t'appelles dès que j'ai ressuscité !“
  
Je remonte péniblement jusqu'à mon lit en me disant que c'est un cauchemar et que je vais me réveiller... je m'allonge  et m'endors épuisée.

Vers 15h j'ouvre les yeux... un petit mot est placé sur ma table de nuit : “on a tout fini... porte toi mieux ma petite mangue je t'appelle ce soir. PS mon cousin était paniqué de te voir comme ça. Il t'embrasse“.
Le mot mangue me déclenche directement un haut de coeur suivi d'un deuxième quand je réalise que je n'ai donc pas rêvé cette scène ! J'ai bien croisé Roméo ce matin... Ce qui est bien, c'est que ça met un terme à ce début de relation... Au moins il n'est pas près de fantasmer à nouveau sur moi... Je ne lui ai pas donné de quoi  exciter son imagination !
Et bien me voilà tranquille et zen... faut juste que j'évite de le re- croiser pour ne plus jamais avoir à me rappeler cette journée.

Chapitre 6

La belle mère

artfichier_761076_3322640_201401140607931.jpg

Une semaine après cet événement, ma vie a repris son cours plus que tranquillement. J'ai même perdu les premiers jours 3kg que j’ai évidemment repris en une seule journée avec un petit supplément d’1kg. Je n'ai eu aucune nouvelle de Roméo,ce qui m'a fait reprendre encore 1kg hier. Résultat de cette intoxication alimentaire plus 2kg sur la balance et fantasme avec Roméo foutu... on ne réalise pas assez les conséquences que des Naans au fromage peu fraîches peuvent avoir !

Mon cher et tendre étant reparti 3 semaines en reportages… Une seule et unique chose me reste à faire ! Organiser une soirée fille… Et pleurer sur leur épaule en buvant des mojitos… Thème de la soirée et grande question universelle de la vie ! Comment retrouver son Modjo ?

C’est là que les choses se compliquent… Trouver le jour idéal pour organiser cette girls party… Après 3 heures de coups de téléphone de mails et autres facebook, une date est enfin trouvée… Sauf que je viens de réaliser qu’à force de chercher une date qui arrange mes copines, je n’ai même pas pensé à regarder si moi j’avais une baby sitter pour les enfants…C’est malin je ne vais quand même pas repasser 3 heures à tout rechanger ! Ma mère est en vadrouille, je ne sais où, je n’ai donc pas le choix : Appeler ma belle mère… Aie, je vais encore avoir le droit à un : “Mais vous n’avez pas peur de sortir seule le soir ?“ ou encore à un “mais mon fils est au courant que vous sortez seule“ ARRRRHHHGGG non j’ai pas peur ! Non il n’est pas au courant ! Merde que Gisèle Halimi me vienne en aide ! je ne sais pas comment lui expliquer qu’on ne vit plus au XVIII è siècle, que je suis une femme émancipée et que si j’ai envie de me saouler avec mes copines et de parler de mes fantasmes et bah j’ai le droit d’abord. Bon courage je peux lui dire que j’ai un rendez vous pour un boulot le soir et que comme je sais pas pour combien de temps j’en ai, si elle peut garder ma progéniture je lui en saurais fort gré…

Sincèrement, je suis particulièrement nulle je devrais avoir une petite étudiante comme baby sitter ça serait plus simple… en même temps ça risquerait de me ruiner ! et puis je sais pas ce qu’il y a de plus dangereux dans un couple … une jeune fille séduisante qui entre chez vous ou une belle mère qui ne veut pas en sortir … hum vraiment c’est  sans appel, c’est la belle mère intrusive que je crains le plus…

Je dois dire que la mienne est la caricature même de la belle-doche… Rien n’est jamais bien et son fils était tellement mieux avant ! Avant quoi c’est la question ? Avant moi apparemment … Non  mais pourquoi c’est tombé sur moi ?
Je n’en peux plus des réflexions du genre : “C’est fou votre appartement  a une capacité à se salir très rapidement !“ ; “C’est fou quand vous lavez le linge, il y a toujours des tâches…" ; “C’est fou, je vous ai acheté un nouveau produit d’entretien pour les sols plus efficace que le vôtre…“ ; “C’est fou comme : vos cheveux, vos fringues, votre boulot, vos livres, vos rideaux, vos chaussures, vos amies…ça ne vous va pas !“
Ouais et bien chère belle mère, c’est fou comme vous me prenez la tête ! Non mais franchement bientôt elle va me choisir la marque de mes capotes.

Non décidément je ne peux pas lui laisser les enfants…Si c’est pour qu’elle fasse un rapport à mon cher et tendre sur mes activités en son absence… C’est NON !
Seule solution, organiser la petite fiesta chez moi et mettre les enfants au lit assez tôt… Si c’est le prix de la liberté et de la tranquillité à payer, je ne dois pas hésiter ! Et puis le côté pratique, pas besoin de taxi ! Mon lit sera seulement à quelques mètres des  verres de Mojitos…

Chapitre 7

La soirée

artfichier_761076_3322799_201401152441322.jpg

Je me dépêche de cuisiner mon fondant au chocolat avant d'aller coucher les enfants. Je leur promets de leur en laisser pour demain à condition qu'ils soient sages et qu'ils ne sortent pas de leur chambre...(pourquoi pas ! ça peut marcher, moi je me damnerai pour du chocolat). Bon comme je suis une mère sympa, je les autorise à glisser quelques “mi-choco“ dans le gâteau. Oui je sais, c'est cruel  de leur donner envie comme ça... Surtout qu'évidemment ils me rappellent vite ma phrase toute faite n° 1298 : “ON NE MANGE PAS DE SUCRERIE LE SOIR“ et me demande pourquoi moi je ne respecte pas les règles ? Je voudrais bien leur expliquer que ce n'est pas l'unique règle que je vais transgresser ce soir, qu'il risque d'y avoir, en plus du pêché de gourmandise, un pêché d'alcoolisme, un autre pêché de racontage de ragot puis encore un autre  (et pas des moindres) de racontage de truc cochon interdit aux mineurs... Mais je juge plus sain de juste leur dire  que les grandes personnes ont le droit de manger du chocolat passer 21h.

La marmaille au lit, je prépare les indispensables accessoires pour la réalisation de “LA MARMITE“ de Mojitos...

* Les feuilles de quelques plants de menthe verte,
* 50 cl de pulco citron vert
* 50 cl de sucre de cannes
* 2 litres de rhum blanc
* 5 litres d'eau gazeuse... des bulles des bulles....

C’est peut-être beaucoup pour cinq ?... En même temps… c’est jamais perdu !

Après avoir programmé sur mon ipod tous les groupes qu'on aime... je me prépare mon premier petit verre histoire de voir si je maîtrise toujours le subtile mélange...  au bout de mon cinquième petit verre test  ... Les filles sont toutes là. Comme d'habitude, elles sont venues avec des petits délices culinaires... Enfin Lili a encore repoussé au plus loin ses limites de la création culinaire en nous apportant une charmante botte de radis...

Je suis déjà bien attaquée et je suis ravie de me jeter sur le feuilleté au saumon de Fanny...
Après cette “plus que nécessaire“ mise en bouche... je sors le dé à jouer et j'entends Laura lancer un " soirée reine de Saba déclarée officiellement ouverte ! re trinquage de circonstance...
Ce jeu à boire est simple (du moins au début) après de toute façon, on n'est plus vraiment en état de respecter les règles... Il s'agit d'un Action-vérité et le dé nous sert à déterminer le nombre de verre à boire cul sec en cas de non réponse à la vérité ou à l'action !

Au début on fait tout exprès de perdre pour se désinhiber un peu...
Lili est la première à lancer le dé... 6... ensuite elle choisit vérité... Je lui demande combien elle a payé sa dernière paire de chaussures ? j'suis sympa j'ai pas envie de la voir dans le coma dès le début du jeu. Elle nous répond “bien trop cher ! sinon je vous aurais rapporté autre chose qu'une botte de radis“... “Combien ?“ insiste Elisabeth. “400 euros Mais c'est des  Manolo Blahnik“ ... oui oui Melle Carrie Bradshaw, t'es une grande malade... mais elles sont très belles...
Bon t'es mignonne s'écrie Fanny mais la prochaine fois laisse moi poser les questions ! on s'en fout du prix de ses chaussures....À toi d'ailleurs, hop hop hop le dé... Je le lance... 1... Olala s'esclaffent les filles ! Toujours pour les mêmes la chance...Non, je suis bonne joueuse, je choisis “vérité“ de toute façon je peux pas me lever de ma chaise... Vas y Fanny pose ta question...“Alors dis nous si tu as plus d'orgasmes avec Jack Rabbit ou avec ton cher et tendre“
“Ah c'est  malin... Bah disons que Jack Rabbit a l'avantage de ne pas courir le monde... et que par conséquent il est plus disponible que mon cher et tendre... donc on peut dire au vue des dernières semaines que oui Jack Rabbit remporte la palme... bien qu'il ait été en concurrence avec un certain Roméo“ ! Hé voilà c'est lancé...

AH AH, et qui se cache derrière ce doux nom de Roméo me demande Elisabeth ? “héhé non, c'est plus à moi de jouer.... Fanny à toi l'honneur“... 
“très bien  je vois qu'on a enfin compris les règles du jeu et hop un 3... mais moi aussi j'assume je choisis vérité“
Je me jette sur l'occasion pour lui demander si elle a déjà trompé son mec ?“ Je vois qu'on passe la vitesse supérieure ! Mais oui ! mon Ex, tout le monde le sait c'est pas un secret“
Mais non pas ton Ex banane, ça on le sait toute que tu as trompé ton Ex... Enfin, c'est pas tromper, tu l'as quitté pour Damien ! ça ne compte pas ... Non, mais Damien est ce que tu l'as déjà trompé et ou envisagé de le tromper ?
“La réponse est NON évidemment ça fait à peine huit mois“....
À toi Laura, lance le dé... 5... Alors,  “action/vérité“ ou 5 verres cul sec ?
“Pfff, bah vérité, moi aussi j'suis dans le coup....“
Trés bien alors raconte nous ton plan sexe le plus torride de ces six derniers mois ?
“Oh ! Les filles c'est une soirée où on se remonte le moral ! Je vous rappelle que ça fait 3 mois que j'ai pas vu l'ombre d'une bite alors c'est pas sympa ! moi aussi je m'encanaille avec Jack Rabbit en ce moment et j'en peux plus !

Ok pardon !  excuse-nous, alors raconte nous le plus beau plan cul depuis...Quand tu veux…

“Bon ok alors laissez moi réfléchir... hum hum, euh non pas celui là ... ah oui mais non y a eu mieux… ah voilà je le tiens... disons que c'est  pas le plan le plus sexe, mais le plus excitant ... et ça c'est Enorme !
J'avais rencontré un mec, comme ça, en me baladant dans la rue y a un  bout de temps... tu dois t'en souvenir tu étais avec moi...“
“Je lui réponds que non ça ne me dit rien !“
“Bon bref c'est pas grave…Donc j'avais rencontré ce beau brun avec ses potes en marchant sur le pont des arts ....et“
“Attends, mais si je m'en souviens ! Mais on avait 17 ans tu exagères ! t'as pas eu mieux depuis ?“
“Bah non“ nous dit Laura
“Mais laisse la raconter“ me hurlent les filles !
“Oui merci... Donc j'avais rencontré ce beau brun avec ses potes en marchant sur le pont des arts, on avait discuté et puis on avait échangé nos numéros...
Le lendemain il me rappele pour qu'on aille se balader dans Paris... j'ai  un peu flippé de le revoir seule mais bon faut dire que c'était une bombe ! alors j'ai dis oui... on a marché tout l'après midi et le soir tard, il faisait nuit on est allé sur les quais, on s'est allongés sous un pont à l'abri des regards et on s'est fait des mégas câlins...“
“ Euh ,Mouais… mais  vas y continue Laura...“
“Bref ça devenait de plus en plus chaud ! Je ne sais pas, le fait de ne pas le connaître rendait le truc certainement  plus excitant.... j'avais terriblement envie de lui, sauf que je n'avais pas de capote et lui non plus ! Bref j'avais qu'une envie c'est de le sentir en moi... Alors on a fait un truc que je trouve débile avec le recul mais finalement tellement sexe... Je l'ai laissé me pénétrer et …“
“Non t'as pas fait ça mais t'es folle...“
ARRGGHH mais laisse la continuer...
“Donc il m'a pénétrée et il est resté comme ça en moi sans bouger pendant… je ne sais plus exactement... Je crois qu'on ne  s'est pas parlé. C'était tellement bon, et super excitant, dehors dans un lieu public...Je savourais chaque vibration de son corps... et je sentais bien qu'il résistait à l'envie de me faire vraiment l’amour...ça a été le plus long et le plus hallucinant de mes préliminaires !... Et voilà les filles mon “super plan cul“...“

“Non mais attends tu l'as revu après ?“
“Bah oui le lendemain et avec des capotes mais bon ça avait perdu de son charme et puis finalement, il n’était pas si extraordinaire que ça ! Je l'ai largué au bout d'une semaine...“

“Non mais t'es vraiment barrée ! Tu aurais pu te choper une connerie même comme ça“
“Bah oui mais j'avais 17 ans, j'étais conne...“
Bon allez ! je propose qu'on en boive toutes un cul sec ! C'était quand même super mignon...

À toi Elisabeth... j'ai hâte de voir ce que tu vas choisir ! Allez joue !  Et un 6 pour Elisabeth ! alors tu trinques ou tu nous dis la vérité ?
“Et bien les filles, je choisie Action ! y en a marre faut bien qu'une se dévoue...“
Yeahhhhh un peu d'action ça fait du bien ! Hop un autre verre cul sec !

Bon alors qu'est ce qu'on va te faire faire ?
Fanny propose que cela soit ludique et pratique !
Laura pense à quelque chose dehors mais Lili et moi on n’est vraiment pas en état de bouger... Trop risqué, en plus elle ne tient pas bien sur ses Manolo la petite Lili !

Fanny lance un challenge... Elisabeth doit nous faire livrer une boîte de sushi par un mec ! n'importe lequel et juste une petite boîte... évidemment, interdit d'appeler Sushi Planet ou un truc dans le genre ! Non, un mec, n'importe lequel, gratuitement sans aucun échange... le truc relou ! comme ça, juste pour voir qui est assez mordu pour lui apporter une boîte et repartir…

“C'est complètement débile“ hurle Elisabeth !
“Et dis donc c'est toi qui a choisi “Action“, on t'as pas forcé, non plus !“
“Non mais attendez les filles, vous allez me griller avec tous mes prétendants !“
“ah ouais, genre t'en as combien en ce moment Elisatbeth ? Allez sort ton portable et on fait la liste des mecs que tu dois appeler...“
Fanny attrape le portable d'Elisabeth et commence à regarder dans son répertoire...
“Alors alors... tiens Nicolas, il ne te dirait pas non lui...“
“Ah non pas lui !“ implore Elisabeth ! Je suis certaine qu'il viendrait mais je ne vous garantit pas qu'il reparte... Jamais vu un mec aussi lourd...“

Bon bah alors pourquoi pas Patrick...
“Ah non pitié pas lui, j'ai même pas encore réussi à le mettre dans mon lit celui-là... Je vous rappelle quand même que le but de cette soirée est de retrouver son Modjo ! pas de le voir partir en fumée à cause de vos actions à la con !“
Houuuuhh mauvaise joueuse ! Aller ZAZA  ne fait pas ta coincée ! Appelle-nous un Apollon et qu'il soit ici dans 30 minutes ! Sinon c'est nous qui appelons PATRIIIIIICK !!

Je saisis l'occasion avec le peu de lucidité qu'il me reste pour proposer discrètement à l’oreille de ma Zaza d’amour un timide  : “euh et si tu téléphonais à ton cousin ! il ne te dirait pas non lui...“ 
Je me dis que je  suis à peine calculatrice sur ce coup-là !

“Oh merci ma petite mangue... T'es ma vraie et unique amie parmi ce panier de crabes ... mon cousin lumineuse idée !“
C'est là que je réalise que je m'étais jurée de ne plus le revoir et que vu  l'état dans lequel on se trouvait toutes, ce n'était peut-être pas une idée si lumineuse que ça !
Mais trop tard Elisabeth est déjà en train de composer le numéro de téléphone de Roméo...
Pendant que notre ZAZA est au téléphone avec Roméo, nous en profitons pour reprendre de ce délicieux breuvage, que nous trouvons toutes extrêmement bien réussi ! Hors jeu, les filles me demandent qui est ce Roméo dont je parlais toute a l'heure... “Euh c'est rien, c'est juste un mec sur qui je fantasme presque toutes les nuits... 3 fois rien en somme !“
“Houlala tu nous avais caché ça ricane Lili... ça fait du bien de voir que tu t'es enfin décidée à te lâcher un peu... Oui, un bon plan cul, comme ça, sans sentiment y a rien de mieux pour remonter le moral...“
“Euh, oui enfin, y a pas de plan cul pour l'instant et puis je le connais à peine !“
“AH oui et nous, on le connaît ?“
“Non je ne crois pas, enfin j'en suis même certaine“
“Bon bah t'es bien mystérieuse ... attention louloute ! Pas de sentiments c'est la règle sinon c'est grave...“
“Mais oui t'inquiètes, pas de sentiment...pff, je ne suis pas débile non plus...“
Elisabeth nous a rejoint avec son sourire de wineuse qui me fait espérer que je vais peut-être  re croiser  Roméo bientôt....
“Alors les filles nous lance Zaza ! J'ai loupé quelque chose ?“
“Bah oui t'as loupé une tournée de Mojitos....“
Bon Lili raconte nous, t'en es où avec ton plombier ?
“Ha ! je peux vous expliquer comment on refait la canalisation de toute la salle de bain... c'est un truc de fou... le tout, c'est de bien faire le plan et de bien visualiser avant, comment placer les coudes... c'est un vrai pro ce petit plombier“
Mais dis donc Lili ! Tu ne vas pas remettre ça ? À chaque fois que tu sors avec un mec tu deviens spécialiste de son métier... Tu ne te rappelles pas, il y a 6 mois t'étais avec un Trader et tu voulais nous expliquer les meilleurs plans pour boursicoter !....ouais enfin t'as pas gagné au change avec celui là ! haha“
Je lui explique que  j'ai rencontré quelques tripiers célibataires en Normandie ! tu te serais régalée !
“Hé ho “ s’énerve Lili “ça va les morues, vous n'allez pas me reprocher de m'intéresser aux métiers de mes Jules !“
Bah non évidemment, t'as pas d'humour... Mais au rythme ou tu les enchaînes tu vas pouvoir passer ton CAP dans tous les corps de métiers !
“Super les meufs, je vous adore, continuer à vous foutre de moi ! Au moins, moi, j'ai des mecs !
“Houllala c'est bas ça“ rétorque Laura morte de rire !

La marmite se vide rapidement au rythme de nos discussions aussi profondes qu'essentielles sur nos petits tracas, qui nous font finalement tellement rire...
Nous avons, comme prévu, abandonné notre jeu d'action/vérité, nous n'en avons absolument plus besoin... et nos histoires sont délicieusement décousues... 1 heure passe tranquillement quand la sonnerie de la porte d'entrée retentit !
Hoho lance Elisabeth “Je l'avais complètement oublié mon cousin ! 1 heure au lieu de 30 minutes, je ne sais pas si ça vaut la peine qu'on le fasse rentrer ?“
Mais si, dis-je en hurlant presque ! Nous sommes des femmes civilisées voyons... Remercions comme il le faut ce chevalier servant.
Héhé crient les filles voyons donc la tête de ton cousin...
Je laisse Elisabeth faire la maîtresse de maison et lui ouvrir la porte... J'ai  le temps de re boire un verre en attendant qu'il monte à l'étage... Fanny me fait remarquer qu'un Triplex c'est bien, mais quand on est bourrée, c'est quand même dangereux !! “oui,oui Fanny, c'est pertinent comme remarque“ souligne Laura... Moi je deviens blême au fur et à mesure que j'entends Roméo monter les escaliers...
Une fois dans le salon, les filles le mettent tout de suite à l'aise avec un “Bonjour cousin d'Elisabeth"... le pauvre, mais pourquoi il a accepté de venir ?
Réponse de Roméo qui semble tout à fait à son aise !!! “Salut les filles“ ... et là je vois Zaza faire un échange de clefs contre cette fameuse boite de sushi.... J'ai envie de crier à la trahison... On avait dit sans échange... En plus j'avais espéré qu'il serait venu aussi un peu pour moi ! Mais quedal, il venait juste pour récupérer “un putain“ de trousseaux de clefs.

Bon je tairais cette infamie et puis de toute façon je crois que je ne peux même pas prononcer un mot....
Laura, privée de sexe depuis 3 mois, lui saute dessus en lui proposant un verre de Mojito...qu'il accepte sans se faire prier... Et voilà Roméo assis là, dans mon salon entouré de mes copines (surtout de laura, ce qui a le don de m'énerver) en train de siroter tranquillement un verre... Je l'observe depuis le bar de la cuisine d'où je n'ai absolument pas bougé depuis le début de la soirée ...
C'est fou ça, il n'a aucun regard complice vers moi...Voilà quand même un mec à qui j'ai écris que je fantasmais sur lui en prenant mon bain et rien... pas un sourire, pas un regard.... Il a dû vraiment avoir peur le jour où il m'a vu en pleine intoxication alimentaire, c'est certain...
En plus aucune fille n'a le courage de lui dire de partir, que c'est une soirée filles et que normalement aussi gentil cousin d'Elisabeth soit-il... Tous les mecs sont tricar à cette soirée.... Y a que moi que ça dérange apparemment ?

Je me rends compte qu'il n'est pas du tout sur le point de partir quand il sort son Ipod et remplace le mien sur la chaîne ! Non mais c'est pas vrai, il ne manque pas d'air... et puis maintenant Lili aussi se met à l'allumer..... ah mais ça va pas du tout ça....

Oh puis après tout, profitons de la soirée... Je regarde mes copines danser, rire et c'est finalement ce qu'on voulait...
Vers deux heures du mat, la fatigue et nos (quelques) verres de mojitos commencent à se faire sentir .... Fanny est la première à faire ses adieux, suivie de Laura parce qu'elle la raccompagne… Il fallait au moins ça pour lui faire lâcher prise sur Roméo !
Elisabeth vient ensuite me claquer deux gros bisous et me dit de mettre tout le monde dehors car elle a peur que je ne sois pas au top demain pour mon shooting...
T'inquiètes quand c'est toi qui fait le stylisme tout roule ma poule !
Bien, il ne reste plus que Roméo et Lili ! Ah non ! je vais quand même pas leur tenir la chandelle, il ne manquerait plus que ça !
Je sens bien que Lili essaie de raccompagner Roméo chez lui...“j'ai une moto tu sais. Je peux rentrer tout seul“ lui répond Roméo.
Héhé ! Monsieur ne semble pas du tout intéressé par Lili... En bonne copine, je lui demande si son plombier est chez elle ce soir... Elle me lance un petit regard noir puis se marre en me disant que oui ! Elle l'avait complètement zappé celui-là ...
“Faut que je me sauve cocotte, je te fais des bisous... merci pour ta soirée, c'était super“

Me voilà seule avec Roméo ! Et ça, je ne l'avais absolument pas prévu....
Je suis sur le point de lui dire une banalité, quand il me demande s’il peut rouler un joint avant de partir... Je l'autorise à condition qu'il le fume avec moi...
 

Chapitre 8

Le joint

artfichier_761076_7544408_201801184603402.jpg

Roméo me retrouve au bar pour rouler son joint, je l'observe en silence...  Je me sens très conne d'avoir joué la petite allumeuse dans mes textos, maintenant je ne suis pas super fière comme ça devant lui... en  même temps je n'ai qu'une envie c'est d'être dans ses bras...En plus on a passé la soirée à boire et à parler cul et j'ai l'impression que les milliards de petites cellules de mon corps réclament désespérément  du sexe...

Au moment où il va allumer le joint je lui dis qu'on ne peut pas fumer chez moi... qu'il faut aller sur la terrasse...Pas de soucis me dit-il avec son air nonchalant et son petit sourire en coin...
Je me lève pour la première fois de mon siège de bar...mes premiers pas me font réaliser à quel point je suis complètement bourrée... je le suis sur la terrasse...
Il s'installe d'un bond dans le hamac  et manque de se vautrer par terre... j'éclate de rire...
“Et bien je désespérais de te voir sourire ce soir... ça me fait plaisir“ me dit-il...
Je me sens soudainement plus à l'aise. Je le rejoins sur le hamac... je suis contre lui, je tremble, j'ai froid...
Il me tend le joint pour que je l'allume, j'attrape le briquet par terre et j'en profite pour me coller un peu plus à lui... Je tire quelque taf et je lui redonne... J'effleure sa main... j'ai des frissons.
On ressemble à deux ados comme ça... comme si il s'agissait d'un premier flirt...
Il me prend la main me dit qu'elle est glacée ... bah oui en même temps, il fait moins 2 dehors !
Mais je le laisse faire, il la caresse doucement... On ne se parle toujours pas, on fait semblant de regarder les étoiles dans le ciel (semblant parce qu’en ville et en hiver y a pas d’étoiles), mais nos mains, elles, commencent à se découvrir, du bout des doigts on établit une sorte de premier contact..comme si il s'agissait de préliminaires...Mon coeur s'emballe au rythme où nos mains s'entremêlent...
Au moment où il me redonne le joint, nos regards se croisent... C'est lui qui approche lentement ses lèvres des miennes... Je goûte enfin, à ce premier baiser tellement fantasmé... Les yeux fermés, je savoure la douceur de ses lèvres... C'est un premier baiser timide, suivi d'un autre. Au fur et à mesure sa langue se mêle à la mienne, ses baisers sont plus que sensuels, nos mains qui ne s'étaient pas encore quittées s'aventurent sur nos corps... Il frôle du bout des doigts ma robe et remonte doucement le long de mes hanches, effleure mes seins... Je lui passe une main dans les cheveux, nos deux corps se serrent l'un contre l'autre...il continue à me caresser longuement tout en m'embrassant, passe une main sous ma robe, remonte le long de mes jambes et s'arrête en sentant sous ses doigts mon porte-jarretelles... Il sourit et me demande si je l'attendais ce soir.... l'herbe aidant certainement j'éclate de rire... je lui réponds qu' inconsciemment oui probablement...
Je le laisse soulever lentement ma robe, je sens son sexe se durcir à mesure qu'il découvre le haut de mes cuisses... Je suis terriblement excitée, je gémis à chaque caresse, je suis sur le point de déboutonner son jeans... Quand mon portable se met a sonner... on se sépare d'un coup comme si on venait d'être surpris par quelqu'un et qu'on voulait faire comme si il ne s'était rien passé ! je me lève attrape mon portable ... c'est un message de Laura qui me dit qu'elle est bien rentrée et que la soirée était super...
Bonjour la douche froide ! Là, je me sens encore plus minable qu'avant ... je le regarde en souriant comme une gamine et je lui dis : "je crois qu'il est temps que tu rentres, merci pour le joint... c'était très agréable...", “mais pour moi aussi“ me dit-il toujours avec son petit sourire qui me rend dingue ! mais t’es certaine qu'il est temps de rentrer ? “oui, certaine !“ Je le raccompagne jusqu'à la porte en bas... nous sommes dans le noir dans le hall. Je le sens derrière moi et au moment d'ouvrir la porte il pose ses mains sur mes hanches, je me retourne et nous échangeons là contre le mur un dernier baiser torride... Même si je n'ai qu'une envie c'est qu'il me prenne là contre ce mur... je me répète dans ma tête  “ce n’est pas une bonne idée“ “ce n’est pas une bonne idée“... J'ouvre la porte d'une main et tout en l'embrassant je le pousse dehors... Je le regarde à peine et referme la porte très vite...

Chapitre 9

Le cyber plan

artfichier_761076_7544407_201801184150228.jpg

Je reste un moment appuyée contre la porte d'entrée... j'essaye de reprendre mes esprits...Je viens quand même de passer du fantasme à la réalité... Et cette réalité me fait planer... Je ne pensais pas retrouver si rapidement mon Modjo !

Je remonte l'escalier jusqu'au salon... je suis encore trop excitée pour pouvoir dormir... je me transforme en une tornade blanche et décide d'effacer toute les traces de cette soirée...Je m'aperçois qu'il ne reste quasiment rien dans la marmite...On a fait fort ce soir !

Après une ½ heure, de vaisselle, de balayage et autre, je me décide à regagner ma

chambre...je n'ai toujours pas envie de rejoindre les bras de Morphée.

J'attrape mon ordinateur portable et m'affale sur mon lit... je porte toujours ma robe, car le parfum de Roméo y est encore imprégné.

Je me connecte sur Facebook, il est en ligne... Je voudrais lui parler, mais je ne sais pas quoi lui dire... Je n'ai pas besoin de réfléchir trop longtemps c'est lui qui m'écrit :

 

Roméo :

tu ne dors toujours pas ?

 

Moi :

non j'ai un peu de mal à trouver le sommeil

 

Roméo :

Ne rigole, pas mais j'ai eu du mal à débander, même sur ma moto...

 

Moi (avec un sourire jusqu'aux oreilles) :

Mais tu as quand même réussi... Tout va bien alors !

 

Roméo :

Oui mais ça pourrait revenir vite...

Holala ! mais qu'est ce qu'il me fait là....

 

Moi :

Ah ouais pourquoi ? tu n’es pas seul ce soir ?

 

Roméo :

Mais non ! mais je n’arrête pas de penser à toi... et il faut dire que tes bas m'ont tourné la tête ...

 

Moi (contente de moi):

j'suis désolée...je les porte encore... je vais les enlever alors...

 

Roméo :

c'est vrai ! mais t'es où là ?

 

Moi :

Dans mon lit...

 

Roméo :

Tu vois ça revient déjà en pensant à toi dans ton lit avec tes bas....

Et qu'est ce que tu fais d'autre dans ton lit ?

 

Moi (j'ai très envie de jouer à la petite geisha et de l'allumer encore un peu plus...) :

Je repense à ce qu'on a fait tout à l'heure et à ce qu'on aurait pu faire d'autre...

 

Roméo :

Vas y raconte moi ce qu'on aurait pu faire d'autre... j'ai très envie de savoir...et puis tu me le dois bien ! c'est cruel de m'avoir mis dehors... tu sais comme c'est difficile pour un mec d'arrêter de bander...

 

Moi :

Oui c'est vrai c'est cruel... mais si je te raconte, tu risques de te retrouver dans la même

situation que tout à l'heure !

Mais de savoir que tu pourrais bander, là, en m'écrivant, m'excite pourtant terriblement...

 

Roméo :

tu peux pas me laisser comme ça ! T'es qu'une saleté !

 

Moi (je trouve ce jeu érotique bien plus amusant que “Jack Rabbi“t et je me dis que je devrais essayer de voir si je suis capable de faire jouir un mec à distance...) :

Si j'étais près de toi je commencerais par déboutonner doucement les boutons de ton Jeans et tout en t'embrassant, je glisserais ma main sur ton sexe...

 

Roméo :

Mais vas-y je t'en prie... et quoi d'autre ?

 

Moi :

Je ferais glisser ma main le long de ton sexe... puis en t'embrassant je descendrai le long de ton corps jusqu'à…

 

Roméo :

Non  attends, si tu fais ça je risquerais de jouir trop vite... Non c'est moi qui vais t'enlever ta robe...je veux te voir nue...Enfin presque, je ne t'enlèverais pas tes bas...je te caresserais un remontant le long de tes cuisses et …

 

Moi : (j'hallucine que notre conversation est pris cette tournure... je suis en train de prendre un plaisir dingue en lisant Roméo) :

Je gémis  de plaisir, ne t'arrête surtout pas de me raconter... je voudrais te

sentir en moi...

 

Roméo :

Non pas encore... Je veux d'abord te faire jouir…

 

 

 

(Et Roméo se lance dans une explication détaillée de tout ce qu'il ferait pour me faire jouir ! Ses messages sont sensuels, bestial et délicieusement crus…)

 

Moi :

Si tu continues c'est ce qui risque d'arriver, là, je crois que je vais avoir un orgasme... c'est fou l'effet que tu me fais...

 

Roméo :

Et moi alors ! j'en peux plus, là, en pensant toi, je suis en train de me branler... j'ai envie de toi !

 

Moi :

Ah c'est pas juste ! Je voudrais que ça soit mes mains qui s'occupent de toi... mais et aussi ma...

 

Roméo :

Vas-y, dis le... Quoi d'autre que tes mains …

 

Moi :

… Ma bouche… Ma langue…

 

(holala j'ai quand même un peu honte de ce que je viens d'écrire mais cette conversation pornographique m'a tellement excitée que je suis sur le point de jouir ...

C'est ouf,  j'ai un orgasme 10 fois plus fort qu'avec Jack Rabbit et 10 fois plus rapide !

 

Roméo (2 minutes plus tard):

Hum... c'était juste dingue !

 

Moi :

Pour moi aussi... Je crois qu'on a eu notre orgasme en même temps...

 

Moi (J'ai un sourire idiot en lui écrivant... Je suis surprise de la tournure qu'a pris notre relation... Je ne sais plus quoi dire... en même temps je n'ai rien envie de lui dire... j'ai juste envie de m'endormir paisiblement ...) :

Merci pour cette fin de soirée... C'était vraiment très, très, agréable...bonne nuit.

 

Roméo :

Non merci à toi, fais de doux rêves...

 

j'éteins mon ordinateur et m'endors....

Chapitre 10

La brigade des mŒurs

artfichier_761076_7544402_201801182725200.jpg

8h00, je me réveille avec un gros, très gros sentiment de culpabilité et la sensation qu'un troupeau d'éléphants dansant la polka, s'est installé sur ma tête...

Deux cachets d'aspirine plus tard, je suis sous ma douche à faire le bilan de cette soirée...Je me dis que je suis une mauvaise mère, une mauvaise femme, et vrai petite garce... si il y avait un rapport de fait sur cette soirée, on me sucrerait direct mes droits parentaux et hop les enfants à la Dass...

Non mais je suis dingue ou quoi, le fantasme c'est une chose mais là j'ai fait fort...bah voilà j'ai reperdu mon Modjo !

Après mettre infligée 2 minutes d'eau froide pour me réveiller je sors de la douche...

J'ai une journée chargée aujourd'hui...

Je prépare le petit déjeuner de mes petits bouts et je leur sors deux grosses parts de gâteau au chocolat…

1 heure plus tard j'ai déposé les enfants à l'école et je suis en route vers mon shooting...

Je sais pas si je vais pouvoir en parler à Elisabeth, mais en même temps, de savoir que je vais passer la journée avec elle me rassure...

Bon je n'ai rien fait de grave... Roméo est juste un sexe toy (avec toutes les options certes...) y a pas de mal à se faire du bien après tout...Non et puis il n'y a pas de sentiments...Enfin je ne crois pas...Oui mais lui est-ce qu'il en a des sentiments... Arrrghh ! J'avais pas pensé à ça...Bon non, pas de panique, il est jeune, pourquoi il tomberait amoureux d'une vieille, avec un mec et deux enfants... non impossible... mais il va quand même falloir que je mette les choses au clair...

De toute façon, il ne va peut être pas me rappeler....et comme ça, les choses seront réglées.... Oui enfin il pourrait quand même me laisser un message...c'est vrai quoi, on est des êtres civilisés... c'est salaud de pas laisser de messages... je suis pas une fille facile moi !

Holala, mais qu'est ce que je fais là, je suis accro ou quoi.... j'ai finalement qu'une envie c'est qu'il me rappelle...

 

Bon allez on pense boulot... on verra ça plus tard...

Je passe la journée à essayer de trouver le bon moment pour en parler à Elisabeth...mais il y a toujours quelqu'un ou quelque chose qui m'empêche de lui dire : “au fait j'ai failli me taper ton cousin hier soir ! trop drôle faut que je te raconte !“ 

Non mais sérieux comment je vais lui dire et lui expliquer ça ? ...

 

C'est Zaza qui me propose pourtant d'aller boire un verre après notre journée plus que pénible...

 

- “allez viens, faut qu'on décompresse, en plus t'as pas les enfants ce soir...je sais qu'on est nase, mais ça nous fera du bien...“

 

C'est vrai, ma mère, étant rentrée plus tôt de son voyage m'avait proposé de les garder le soir et la journée du mercredi... je n'allais pas passer à côté de l'occasion !

 

- Ok ma Zaza allons boire ce verre en plus il faut que je te parle...

 

Assise à la terrasse d'un café nous sirotons notre bière blanche... Zaza me demande de quoi je voulais lui parler ? Je lui réponds de rien c'est pas très important...

 

Bon tant mieux me dit-elle... moi aussi je voulais te parler de quelque chose !

 

- Ah ouais dis-je étonnée... et de quoi ?

 

- Bah voilà tu sais je n'ai pas de la merde dans les yeux ! Et j'ai bien vu qu'entre toi et mon cousin, il y avait un truc...et je voulais te dire que je m'en fous... Enfin ça ne me dérange pas ! c'est pas moi qui te jetterai la pierre... mais je voulais t'expliquer un peu mieux le personnage...

 

Je bois les paroles d'Elisabeth... j'ai la tête de Caliméro... Je n'approuve, ni ne désapprouve ses soupçons...

 

- Voilà ma petite mangue, je voulais juste que tu saches que mon cousin est un mec à flles, célibataire endurci, et que je l'ai déjà vu avec plusieurs nanas différentes dans la même semaine... Alors je voulais juste que tu le saches...

 

- Je t'adore ma Zaza... Tu me connais trop...ouais il y a bien un petit truc entre lui et moi... mais je te rappelle juste que j'ai déjà un mec et deux enfants et que par conséquent je n'attend absolument rien de lui...

 

- Bon t'as couché avec lui ?

 

- Non, même pas ! tu vois, pas de quoi fouetter un chat !

 

- hum hum, mais tu veux pas me raconter...

 

- Bah y a pas grand chose à dire... (surtout que j'ai pas du tout envie de me rappeler ce que je lui ai écris)...

 

- Ok très bien petite mangue...alors on en reprend un autre ?

 

- Oui il faut soigner le mal par le mal...

 

- Ouais le mâaale ! Y a que de ça de vrai ! hi hi !

Chapitre 11

Le tableau

artfichier_761076_7544403_20180118321656.jpg

Je rentre encore une fois chez moi dans un état proche de l'Ohio ! Je suis contente de me retrouver seule... Un peu de calme et de tranquillité... Je vais savourer

 

Dans mon salon, je me laisse tomber sur la chauffeuse, j'ai mon téléphone portable à côté de moi... ça fait 100 fois que je le regarde pour vérifier si je n'ai pas de message de Roméo...

 

Peut être bien qu'il a 15 nanas par semaine ... de toute façon ça m'arrange comme ça... Mais bon j'aurais espéré quelque chose de spécial entre nous...je sais pas moi… être la favorite de son harem...

 

Vers minuit j'allume mon ordinateur... Un peu pour bosser, mais surtout par curiosité... Mon coeur s'emballe à l'idée qu'il puisse être connecté... Mais là encore, c'est la déception...

J'ai beau me persuader que je n'attends rien de lui...j'ai quand même envie de sentir que j'occupe ses pensées autant qu'il occupe les miennes... Je suis en colère...j'hésite à lui envoyer un texto... quand mon  portable sonne... c'est un message de Roméo : “j'ai pas dormi depuis 24h ! je quitte mon atelier j'ai une surprise pour toi...je t'envoie un mail dans 30 minutes... ne t'endors pas tout de suite...“

Mais pourquoi il a tant tardé avant de m'écrire...je me sens à nouveau légère... Non seulement il a pensé à moi mais en plus il a une surprise...

Je lui réponds "pas de soucis... j'attends ton mail..." je préfère rester un peu distante... je vais pas quand même lui dire que je saute partout dans l'appartement.

 

Vers 1h du mat j'ai enfin le mail...

“Voilà ça fait plusieurs semaines que je travaille sur ce tableau...j'ai été très inspiré pour le finir aujourd'hui... j'espère que ça te plaira...j'ai fait une repro avec mon tel ! Alors désolé si les couleurs ne sont pas exactement identiques à la réalité...

Je te fais un bisou dans le cou...“

 

Waouh j'ai peur d'ouvrir le fichier...mon coeur va sortir de ma poitrine....je l'ouvre

C'est un tableau d'une chambre miteuse, certainement d'un hôtel un peu crade puisqu'on devine l'enseigne lumineuse derrière la fenêtre entre ouverte...les couleurs sont chaudes... la pièce est peu chargée bien que le papier peint et les rideaux le soient... il y a une jeune femme nue devant un lavabo en train de se regarder dans le miroir... elle est ni triste, ni gaie...on dirait du Hopper ...

J'adore ce tableau... je suis fan de son boulot c'est tellement photographique...

 

Roméo se connecte sur Facebook...

 

Moi :

Je sais pas quoi te dire, c'est mortel ... j'adore

 

Roméo :

Merci je suis content que ça te plaise... tu m'as inspiré ce tableau l'autre jour quand tu me racontais que tu étais seule dans une chambre d'hôtel minable !

 

Moi :

Tu as sublimé la réalité... mais je suis flattée d'avoir été ta muse.

 

Roméo :

Après notre petite conversation d'hier soir je suis reparti à mon atelier pour le finir...

 

Moi :

Héhé... il faudra que je le vois en vrai...

 

Roméo :

Mais quand tu veux... t'es seule en ce moment ?

 

Moi :

Oui mon cher et tendre est encore à l'étranger.

 

Roméo :

Au fait je voulais te demander justement par rapport à ton mec et à ce qui s'est passé hier...enfin tu vois ce que je veux dire...

 

Moi :

C'est le père de mes enfants et je l'aime... si c'est ça que tu voulais savoir... pour moi les choses sont clairs...

Mais maintenant qu'on a partagé quelques “confidences“ ! héhé on peut dire qu'on est amis tous les deux...

 

Roméo :

J'en partagerai avec toi aussi souvent que tu le désires...

 

Moi :

c'est très aimable de votre part cher ami !

 

Roméo :

Tu veux passer quand à l'atelier ?

 

Moi :

Demain dans la journée ça serait parfait pour moi !

 

Roméo :

Pour moi aussi...

 

Moi :

Bah super à demain alors... j'ai hâte de voir ce tableau en vrai ! Et merci c'était une belle surprise.

 

Roméo :

A demain.

 

Je trouve qu'en ce moment j'ai une capacité à perdre et a retrouver mon Modjo à la vitesse de l'éclair !!! Je suis plus que soulagée d'avoir mis plus ou moins les choses à plat avec Roméo...je n'attends rien de lui d'un point de vue sentimental et lui non plus... Je crois que ça me rassure juste d'être désirée par un autre homme...Pour lui je ne sais pas ce que ce genre de relation peut lui procurer...j'ai toujours du mal à analyser les mecs.... ça doit encore être cette fameuse testostérone qui fait des siennes... Finalement il a les avantages d'une relation amoureuse sans les inconvénients ! c'est peut être ça, être amants ?

Enfin pour l'instant il n'a eu que des avantages virtuelles...je ne sais pas si je peux considérer Roméo comme officiellement “Mon Amant" ? je n'ai toujours pas fait l'amour avec lui...

Et moi qu'est ce que je veux ? Il faudrait quand même que je me pose la question.

Je me dis que si je couche avec lui je n'aurais plus de désir pour lui...je suis tiraillée entre le bien et le mal...ce qui me fait penser que je ne suis pas complètement amorale ! Non je suis juste immorale…

Je m'endors avec la pensée que Roméo est mon jardin secret, ma soupape de décompression ! Finalement beaucoup plus économique qu'une semaine en thalassothérapie ! Héhé ! Peut-être qu'un jour les amants seront remboursés par la sécu ?

Chapitre 12

La fille

artfichier_761076_3348494_201401223440676.jpg

Je me lève vers 10h du matin...ça me change de ces dernières semaines...Je prends mon temps, je me fais couler un bain et décide  de me faire une peau douce...je suis un peu inquiète de me retrouver seule avec lui dans son atelier...En même temps je me dis que ça manque de romantisme... je n'aime pas trop les situations où l'on sait à l'avance qu'on va finir par faire l'amour...ça fait un peu je m'envoie en l'air deux heures et puis voilà... Je suis en train de choisir ma tenue... pas trop provocante mais quand même un peu… je crois que j'ai mis sur chaque  cm2 de ma peau un peu d'huile parfumée... je me trouve décidément ridicule... en même temps je ne vois pas de meilleures occasions pour passer un moment avec Roméo... en plus j'ai quand même très envie de le voir ce tableau…

 

J'envoie un texto à Roméo pour lui suggérer 14h comme RDV à son atelier... il me répond super qu’il m'attend pour le café...

 

J'occupe le temps qu'il me reste avant de partir à retoucher mes photos... mais j'ai du mal à penser à autre chose...

 

Je décide de partir plutôt de chez moi...je n'ai qu'une envie c'est de le rejoindre... j'arrive à son atelier avec 30 minutes d'avance...

 

Je sonne il met un peu de temps avant de me répondre..."je suis désolée j'ai pas bien calculé mon timing, je suis super en avance"

 

Il me répond "pas de problème je t'ouvre"... C’est étrange, il a une drôle de voix !

Je monte les escaliers jusqu'au dernier étage... Mon coeur bat de plus en plus fort... j'ai le sentiment de me diriger vers un point de non retour... j'ai presque l'impression que je vais perdre ma virginité une deuxième fois ! C'est idiot mais après ça, ma vie ne sera plus comme avant...je n'avais jamais trompé un seul de mes mecs avant... je me demande quelle genre de fille on devient après ça... j'ai toujours ma petite voix intérieure qui me dit de partir en courant... pourtant telle une aventurière je continue à monter les marches...

 

Il m'ouvre... m'embrasse sur mes deux joues... j'ai le sentiment qu'il vient juste de se réveiller ... je le suis dans le long couloir qui mène à son atelier, qui me semble  immense avec une magnifique verrière... Il y a comme un parfum de femme qui flotte dans l'air... je trouve qu'il se passe un truc bizarre... quand j'arrive dans ce qu'on pourrait qualifier "d'immense loft de malade" il y a bien une jeune fille !!! elle porte juste une de ses chemises ...

 

Avant même de dire bonjour je lui lance un "je te dérange !!! il fallait me le dire je ne serais pas venue"... Je dis bonjour à cette putain de créature de rêve qui est avec lui ... je suis sur le point de repartir, quand la jeune femme me dit :“Non non ! on avait fini j'ai un rendez vous... je vous laisse...“

“Mais oui !“ dit Roméo “reste tu ne m'as absolument pas dérangé...“

Je me sens tellement minable de m’être attendue à quelque chose... d'avoir mis 3 heures à me préparer... d'avoir parfumé mon corps... d'avoir mis des bas en pensant qu'il les retirerait ....

A cette minute précise je n'ai qu'une envie c'est de lui arracher les yeux ! Et son tableau il peut bien en faire ce qu'il veut ! ARRGGGHHH...

 

Je vois cette fille enfiler  son jeans à la vitesse de l'éclair, enlever sa chemise!!! elle a l'air de s'en foutre complètement d'être à moitié à poils devant nous !!!... elle enfile son débardeur prend son sac... son portable sur le bar,  lui claque un bisou , me salue et part presque en courant ....

 

Roméo lui me regarde en souriant...me dit de poser mes affaires, qu'il est très content que je sois là et que je suis très jolie...

 

Je ne sais pas quoi dire je suis complètement déstabilisée !!! "Mais pourquoi tu ne n'as pas dit que tu n'étais pas tout seul ! t'es vraiment nul... je me casse "

 

Je repars en courant de l'appart en me disant que je ne suis qu'un petite conne sans cervelle !

 

Roméo me court après en me disant d'attendre...il me rattrape juste avant que je ne franchisse la porte...

Il me bloque contre cette porte... Et m'embrasse ... je me débat.... je lui dis que je  n'ai pas envie de passer comme ça derrière cette nana... que si elle, ça ne la dérange pas, moi il n'en est pas question !

 

Il me dit "t'es belle quand tu es en colère...mais je crois que t'as rien compris ! c'est juste un modèle tu sais ! Il n'y a rien entre nous... je pensais pas que vous alliez vous croiser... je te rappelle que tu as une ½  heure d'avance !“

 

Je me sens plus que ridicule de lui avoir fait une mini scène !

 

"Pardon je suis désolée mais j'ai cru que ... qu'enfin il y avait quelque chose...non mais laisse tomber... excuse moi"

 

Roméo se marre et me dit "Alors comme ça tu pensais faire des truc cochons en venant ici ! C'est en gros ce que tu viens de dire en t'énervant un peu !"

 

Je suis rouge de honte ! C'est le genre de moment ou l'on voudrait disparaître !

 

Je lui réponds "c'est bon n'en rajoute pas je me sens assez minable comme ça"

 

"Mais non" me dit il "j'ai trouvé ça très mignon cette petite crise de jalousie!!!"

 

"Ouais ouais c'est ça" lui dis je toujours un peu énervé !!! "Alors il est où ton chef d'oeuvre ?"

 

Il attrape ma main et me dit "viens je vais te faire visiter ma garçonnière"

 

C'est un bordel hallucinant Il y a des toiles partout, des tubes de peintures au sol ainsi que des verres, quelques cadavres de bouteilles de vin et des cendars un peu partout... Je ne sais pas où poser les pieds.

Je traverse  la pièce en prenant bien soin de ne rien abîmer... j'aime bien ce lieu.. il semble vivant, les odeurs de peintures et d'essences me tournent la tête... J'arrive enfin devant le tableau qui  est posé sur un des nombreux chevalet de l'atelier.... il est de format carré environ 100x100 cm... c'est impressionnant...et les couleurs sont vraiment mieux que sur  le fichier...Je le contemple sans dire un mot... je ne trouve pas que la fille me ressemble, elle est plutôt grande et élancée... avec des formes parfaites... des seins deux fois plus gros que les miens...et des fesses qui semblent avoir passé du temps au Club Med gym !

Bon après tout si c'est comme ça qu'il m'imagine .... il risque d'être déçu...pas physionomiste les peintres ! Mais c'est un tableau magnifique. J'ai envie de découvrir ses autres toiles... je passe un long moment à sortir des trésors enfouis derrière d'autres trésors c'est un pur  bonheur....

 

"Tu veux un café ou un verre de vin ?" me demande Roméo....

"un verre de vin s'il te plait" je me rapproche du bar... sa vaisselle sale  de la veille et celle du déjeuner sont encore dans l'évier...Etant toujours mal à l'aise quand il y a un blanc dans notre conversation, je me glisse derrière le bar et commence à faire le grand ménage ... au moins m'occuper me donne une contenance ! Sinon je risque de vider la bouteille de vin pour me sentir mieux !

 

il me dit de ne pas faire sa vaisselle que je ne suis pas venue là pour ça ....je lui réponds qu'au contraire c'est le genre de truc que j'aime faire... et que c'est un cadeau de m'en avoir laissé autant ...

Il me regarde nettoyer et ranger son bar tout en nous servant deux grands verre de vin...

Je lui demande où il range ses assiettes ... il s'approche de moi pour me montrer, il est juste derrière moi, je sens son souffle sur  ma nuque...il effleure mon bras en ouvrant le placard au dessus de ma tête... "c'est juste là" me dit-il....il est tellement proche de moi que j'en tremble presque... je n'ose pas me retourner de peur de me trouver juste en face de lui... je sens pourtant le désir qui monte en moi... tout est électrique autour de nous....

Il me dit " arrête, retourne  toi, bien que d'ici, de dos c'est une vision très agréable..."

Je me retourne et je n'ai qu'une envie c'est d'embrasser ses lèvres...Il me prend dans ses bras... nous restons comme ça quelques minutes, c'est une manière de nous respirer... j'apprécie ce câlin tout en douceur...je lui suggère tendrement au creux de l'oreille de m'embrasser ou je ne réponds plus de rien...

 

2 heures plus tard je suis allongée nue sur son lit...Le soleil à travers la verrière caresse nos corps...

Je reviens lentement à la réalité...il faut que je parte... je récupère mes affaires éparpillées un peu partout dans l'atelier... je m'habille cachée derrière le drap... il sourit en me regardant et me dit que maintenant qu'il me connaît, je n'ai plus de mystère pour lui... mais je reste encore pudique...

 

Je m'approche de lui, il est toujours allongé sur le lit... je me penche pour l'embrasser... je ne sais pas si je dois lui déposer un baiser sur la joue ou sur ses lèvres...c'est lui qui choisit  de m'embrasser sur la bouche... je le remercie pour la visite de sa garçonnière... il me répond "tu es ici chez toi...."

 

"Il faut vraiment que je parte, je connais le chemin, ne bouge pas.." il me répond "dommage, j'aurais pris du plaisir à te déshabiller à nouveau..."

 

 

Je quitte l'atelier et descends les escaliers en courant...

Chapitre 13

Chez GéGé

artfichier_761076_3383258_201402011344768.jpg

Je monte dans ma voiture et m’aperçois que j’ai une amende et un autocollant de “Demande d’enlèvement“ collé sur ma vitre ! Et merde ! Soudainement, je me dis que j’ai fait une connerie et que je commence à payer ma faute. J’ai ouvert la boîte de pandore… le pire est à venir !
Devant cette soudaine vague de panique qui m’envahit j’empoigne mon téléphone et compose le numéro salvateur d’Elisabeth.

-   “Zaza ça va mal est ce que t’es dispo faut que je te parle chez Gégé , tu peux me retrouver là-bas dans dix minutes ? “

- “un rendez-vous chez Gégé ? ça  va si mal que ça ? bon ok, t’inquiète pas, j’arrive… Donne  moi 20 minutes“

J’ai peut-être abusé en invoquant le cas d’extrême urgence du rendez-vous chez Gégé…C’est le bar où l’on s’annonce et où nous discutons de nos gros bobos… Le shot y est à 2,5€ et nous pouvons y noyer nos chagrins.
Je m’installe en terrasse en attendant Zaza, qui arrive en courant 10 minutes plus tard… Ses talons claquent sur le trottoir et ses bras sont chargés de sacs Prada, Vuitton et Dolce Gabbana ; Comme d’habitude du stylisme pour ses shootings.

Elle pose ses affaires et me sert dans ses bras fortement. C’est une étreinte peu habituelle mais c’est sa façon de me dire que peu importe ce qui m’arrive, elle sera toujours là…

-  “ Heureusement qu’on était en train de finir la prise de vue quand tu m’as téléphoné, ils m’ont prise pour une tarée tellement je suis partie vite… et ils m’ont  demandé qui était mort dans ma famille pour que je me casse comme ça ?“

- “Oh ! Pardon Zaza, mais il ne fallait pas que tu quittes ton taf comme ça …“

- “Attends ne dit rien…Je vais nous chercher deux shots et après on parle…“

Zaza revient telle une infirmière pour me faire prendre mon remède.

- “Aller avale ça… Et hop hop hop à la vie“

J’avale Ce tord boyaux d’une traite et tout mon corps monte en température instantanément…

- “Maintenant tu peux tout me raconter “

Je ne sais pas si c’est l’effet du shot ou bien de mettre des mots sur ce que je venais de faire deux heures plus tôt mais je me mets à pleurer comme une gamine et je lui sors un genre de “ J’ai…  J’ai, cou’cou’ ché avec ro’ro méoooo“ la voix remplie de trémolos.

À ces mots Elisabeth s’affale sur le dossier de sa chaise, laissant tomber ses bras, le long de son corps…

Je me mets à sangloter de plus belle. Elle fronce les sourcils, puis dans un grand éclat de rire me lance “c’est pour ça que tu m’as fait venir chez Gégé ? Merde, j’ai cru que c’était grave ! Si maintenant tu m’appelles  parce que tu t’es envoyée en l’air ! Je te rappelle qu’ici c’est le rendez-vous des cas désespérés, c’est notre sainte Rita à nous… t’es grave ma pauvre fille !

“ Pardon Zaza, mais j’ai paniqué “
-“Bah oui je vois ça ! Allez arrête de pleurer, t’es quand même pas la première femme à commettre un adultère ! Faut te calmer là “… “ Bon alors ? C’était bien au moins ?“

Mes yeux se mettent à briller, accompagnés d’un sourire plus que niais.
- “Pardon je suis ridicule… Oui c’était… waouh … Plus que bien…“

- “Bah voilà fallait pas te mettre dans un état pareil !“

- “Oui certainement j’avais juste besoin de te l’entendre dire“

- “Et avec mon cousin en plus…Tsss “

- “Haha ! ça ne te pose toujours pas de problème au fait ? “
- “Je te l’ai déjà dit, tu ne pouvais pas tomber mieux c’est un gentil coureur de jupon, immature au possible, mais super discret sur ses aventures ! “

- “Ouais, bah de toute façon c’était la première et la  dernière fois ! “

- “Humm ! oui, avec lui peut être !“

- “Très  drôle Zaza “

- “Bon petite mangue puisque tout va bien on s’en prend un dernier pour fêter ça et je me sauve, il faut que je rapporte tout ce stylisme en boutique… Quoi que je craquerais bien pour ce petit sac… Il m’a fait de l’œil toute la journée !“

- “Fais toi plaisir ma zaza “
- “Trop fauchée pour me faire plaisir ! Enfin tant pis ! Il faut que je me sauve petite mangue, on s’appelle et l’on reparle de tout ça plus tard“
Elisabeth s’éloigne, puis se retourne en se marrant et me dit : “ Tsss ! un rdv chez Gégé pour une partie de jambes  en l’air ! Non mais n’importe quoi ! tu m’auras vraiment tout fait ! “

Je rejoins ma voiture un peu moins angoissée, je me casse trois ongles pour enlever cet autocollant de la préfecture de police, qui a fusionné avec la vitre de ma voiture et  range l’amende qui était restée sur le siège passager dans la boîte à gants. Je rentre retrouver ma vie de famille.

Chapitre 14

Le paradis des enfants

artfichier_761076_3383267_201402011614522.jpg

Mais qu'est ce qui m'est passé par la tête ce samedi matin, quand j'ai décidé d'emmener toute la famille là bas... Était-ce ma façon d’expier ma faute que de m'imposer une telle souffrance... Ou bien juste un moyen de montrer que je pouvais me sacrifier au nom de l'amour que je leur porte... Enfin bref,  nous voilà tous partis au pays de la souris aux grandes oreilles, le parc où l'on passe son temps à attendre...


Déjà sur l'autoroute le ton est donné 1h pour faire 10km... Moi j'espérais secrètement qu'il s'agisse d'un accident (bon juste un accrochage, un truc pas grave)... Mais non C’est juste 20000 pèlerins à la recherche du graal, attendant de fouler le sol sacré...

Une fois sur place tout n'est qu'une succession d'interminables attentes pour à peine 2 minutes de plaisir (et c'est un bien grand mot) à chaque attraction. Et tout cela évidemment accompagné d'une douce et néanmoins insupportable musique, vomi par des hauts parleurs placés judicieusement tous les 30 cm le long de la file d’attente…
La seule chose que vous attrapez rapidement là bas c'est un merveilleux mal de tête... Tout ça pourrait se calmer devant un bon déjeuner ! Mais non ! Parce que tous les mômes du parc décident d'avoir faim en même temps ! Résultat, vous vous retrouvez dans un restaurant plein à craquer de mouflets criant, chantant et bondissant un peu partout, pendant que des comédiens vous interprètent, en chanson évidemment, la fabuleuse et merveilleuse histoire du Roi Lion !
Arggghhh j'ai tellement mal à la tête que je crois que les sept nains y ont élu domicile...

La fin de la journée se passe comme elle a commencé, tout simplement en attendant ! C'est pas compliqué, je ne sais même plus pourquoi j'attends, c'est devenu une habitude... Je suis comme un zombie suivant le mouvement ; enfin le non mouvement plus exactement... En reprenant la voiture pour rentrer enfin chez nous j'ai même attendu qu'un stop passe au vert !
En quelques heures la souris m'a transformée en un parfait légume...J'avais me semble t il expié ma faute... mais certainement pas assez, puisque dans la voiture mes 2 amours et leur père me disent : " c'était mortel maman !! on y retourne quand ? “

Je décide de garder quand même le sourire jusqu'à ce que je m'écroule dans mon lit, après cette journée remplie de vide.

Chapitre 15

La bonne épouse

artfichier_761076_3388241_201402023246938.jpg

Je n'ai toujours pas de nouvelles de Roméo depuis deux semaines, et c'est tant mieux, d'une part ça me conforte dans l'idée que pour lui c'était juste une histoire de cul comme il en a toute les semaines, et d'autre part ça me permet de me consacrer uniquement à mon cher et tendre...

Je me dis, que ce que j'ai est sacré, qu'il ne faut pas le perdre et que si ça va pas dans un couple il faut faire des compromis...

- il n'est jamais là... pas grave on se rattrape dès qu'il rentre.

- il n'est pas tendre avec moi ... pas grave je peux l'être pour deux.

- il n'a pas le temps de faire l'amour... pas grave y a Jack The Rabbit.

Non et puis c'est à moi de le remettre en confiance, ces derniers temps, j'étais un peu distante, et tellement triste.

Quand il rentre je lui fais un massage comme il n’en a jamais eu... Je vais lui prouver que je l'aime. À peine est-il rentré et assis devant son ordi, que je me glisse derrière lui et commence à lui passer la main dans sa chevelure blonde et épaisse…

Je lui dépose sur la joue un baiser qui me parait des plus sensuel. Mais il me sort une phrase assassine à laquelle la plus grande des déesses de l’amour ne serait quoi répondre :

“Mais arrête avec tes bisous baveux c’est pas agréable” fin de citation.

Je suis assommée mais pas ko… après quelques minutes, je me remets au combat et je lui effleure le dos pour arriver jusqu’à ses épaules et lui masser la nuque…mais je le sens tendu et agacé :

” Tu ne sais vraiment pas faire les massages en fait…on mange quoi ce soir ?“

C’en est trop pour moi … Mais telle une épouse soumise je me dirige vers la cuisine pour lui concocter un petit plat délicieux, dernier recours pour ressouder notre couple… Si cela doit en passer par la bouffe, cela en passera par la bouffe… Quand mon téléphone bip m'indiquant que j’ai un message :

“ J.H recherche désespérément J.F belle et sensuelle ayant oublié son foulard rouge au fond de mon lit… Vous pouvez le retrouver à l’endroit même où vous l’avez laissé quand bon vous semblera…”

À cet instant même mon corps est parcouru de frisson, des flashs de cet après midi de sexe  se bousculent dans ma tête, il fait au moins 40 ° sous ma robe…

Non, Non et encore non ! Je dois m’enlever ces images de la tête, je suis décidée à me consacrer uniquement à mon cher et tendre aussi froid soit–il… Et puis qu’est ce qu’il croit ? Il siffle et j’arrive ! Je ne remettrai pas les pieds dans sa garçonnière…

Chapitre 16

Le foulard rouge

artfichier_761076_3388251_201402023747772.jpg

Je suis encore un peu hésitante à frapper à la porte… Mais c’est que j’y tiens à ce foulard, c’est un cadeau de mon arrière tante ou de ma grand mère, je m’en souviens plus en fait… D'ailleurs je me demande si ce n’est pas celui que j’ai trouvé aux puces à 1€ il y a quelques mois… peu importe, je n’aime pas avoir des affaires n’importe où et c’est une raison suffisante pour me retrouver là,  devant la porte de son atelier… Enfin je crois.

Après une grande inspiration je me décide enfin à frapper à sa porte…

 

“Toi ?… Je ne m’attendais pas à te voir ! Tu n’as pas répondu à mon message hier soir… Mais entre je suis content de te voir, tu as de la chance que je sois chez moi et que je ne sois pas en rendez vous… Je n’ai pas entendu l’interphone ! Quelqu’un t’a ouvert la porte ? Et je t’ai dit que j’étais content de te voir ?“…

 

Il semble on ne peut plus déstabilisé de me voir. Tout en me parlant il me fait entrer dans sa garçonnière attrapant en reculant quelques  objets  qui traînent ici et là, et manque de trébucher sur une bouteille de vin vide posée par terre…

 

Je souris … “Si tu n’avais pas été là, j’avais préparé une enveloppe et un timbre pour que tu me postes le foulard, et si tu avais été en rendez vous je ne t’aurais pas dérangé plus de 30 secondes le temps que tu me le remettes…D'ailleurs je suis très mal garée si tu pouvais me le donner assez vite !”

 

“ Bah il n’y a pas le feu ! Il ne passe jamais dans le quartier de toute façon t’inquiète pas pour ta voiture…”

 

J’ai très envie de lui dire que ça va me coûter un bras ma dernière virée dans le quartier, mais je me dis que c’est pas le moment de lui remémorer cet après midi…

 

“ Tu veux boire quelque chose?”

 

“ Oui un café s’il te plaît”. Arrgghh ! Mais pourquoi j’ai dis ça ?

 

“ Super je te fais ça tout de suite … il lance deux expressos, fouille dans un tiroir et m’apporte ce fameux foulard, il passe ses bras au dessus de ma tête, je ne bouge pas et tout en le nouant autour de mon cou, il m’embrasse au coin des lèvres… “Au fait, bonjour jolie demoiselle”

 

J’essaie de camoufler le plaisir que me procure ce baiser, mais la rougeur soudaine de mes joues me trahit quelque peu…

 

“Je bois mon café et je me sauve” dis-je en bredouillant à moitié.

 

“Arrête pourquoi t’es passée si c’est pour te sauver à peine arrivée ?… À quoi tu joues là exactement ?”

“ Mais à rien je ne joue pas…Je suis venue rechercher le foulard qui est à une copine, il faut que je lui rende absolument…”

 

“ Oui c’est ça ! Tu me fais rire… t’avais envie de me revoir ça se voit”

“ Tu te fais des films, tu te crois si irrésistible que cela !”

“ Je crois que tu n’as pas arrêté de penser à nous et que tu es là parce que tu as envie qu’on recommence”

“ Quoi ! C’est toi qui me fait rire là, t’es juste un plan cul voilà tout… Tu sais ce que c’est toi… On a passé un bon moment ensemble, mais ça s’arrête là… J’ai absolument pas besoin de sexe, tout va bien pour moi en ce moment j’ai tout ce qu’il me faut…”

 

“ Mouais si tu le dis… pourtant ça se voit que tu es en manque d’amour … c’est écrit en énorme sur ton front…”

“ Arrête t’es désagréable là et puis sache qu’encore hier soir j’ai passé une folle nuit d’amour, voilà pourquoi je n’ai pas pu répondre à ton texto… alors tu vois ta soi-disant théorie est complètement à coté…

 

“Ah oui une folle nuit d’amour… Je ne te crois pas … Je suis certain que si je t’embrasse là, maintenant, tu ne vas pas me repousser…”

 

Je suis super furax, sa prétention et sa façon de savoir exactement ce que je pense m’exaspère…

 

“ Tu veux parier ? ça pourrait être dangereux pour toi…”

 

“ Je suis prêt à prendre tous les risques pour toi…”

 

Mon coeur bat plus vite que jamais, qu’est ce qu’il veut dire quand il me parle de prendre tous les risques pour moi ?

Il avance doucement vers moi, me regarde fixement dans les yeux, je suis tétanisée, je ne sais pas ce que je dois faire … Il approche ses lèvres des miennes, je me recule à peine, il saisit ma tête d’une main et ma taille de l’autre et m’attire vers lui… Je me laisse aller et nous échangeons un baiser passionné.

 

Il me sert de plus en plus fort, je sens chaque centimètre de son corps contre le mien. J’ai désespérément envie de lui. Dans ma tête, tout se bouscule, je ne veux que lui, je ne pense qu’à lui, à cet instant je n’aime que lui…

 

Mais non !  Je me recule brusquement !

“Je t’ai dit que je n’avais besoin de rien d’autre que mon homme en ce moment, tu te trompes complètement à mon sujet… Choisis quelqu’un d’autre pour t’envoyer en l’air ! ça ne va pas être difficile pour toi ! Appelle la demi douzaine de filles que tu as croisées ces deux dernières semaines…”

 

Je prends mon sac et me précipite vers la porte sans lui adresser le moindre regard. Il m’attrape par la main et m’arrête violemment dans ma course.

 

“ C’est toi qui as raison, j’ai dû me faire des films, tu es sans nul doute la femme la plus heureuse et je suis le dernier des cons d’avoir voulu te priver de cet immense bonheur… Mais tu vois moi, contrairement à toi, je n’ai pas eu de folles nuits d’amour depuis qu’on s’est quitté et contrairement à toi, je n’ai pas arrêté d’y penser…

Mais bon je n’aurais pas dû puisque pour toi c’était juste un plan cul ! Retourne dans ton petit paradis de vie bien tranquille et ne viens plus me déranger dans le mien…”

 

Il lâche ma main, je suis accablée par ce que je viens d’entendre. Il se retourne et j’ai à ce moment le choix de le rejoindre et de tout reprendre à zéro ou de partir en courant…

 

Je choisis, comme à mon habitude, d’affronter la vie… et je pars vite en courant…

Chapitre 17

L'amende

artfichier_761076_3390264_201402020338537.jpg

Après avoir pleuré environ quatre heures sur le hamac de ma terrasse en me rappelant le premier câlin échangé avec Roméo, je me ressaisis… Après tout c’est peut être mieux ainsi et puis même s’il était sincère quand il me parlait de prendre des risques pour moi, est-ce que moi j’avais envie d’en prendre des risques ? Non, je n’en suis pas certaine. Qu’est ce que vaut un désir brûlant pour un homme par rapport à une vie de famille bien installée ?… Certainement pas grand chose, le désir ne dure pas et moi je n’ai pas de temps à perdre et peu d’amour à donner à quelqu’un d’autre finalement.

 

Je me suis lancée comme défi de sauver mon couple et je compte bien y arriver…Il veut que je sois disponible, à son écoute, et une parfaite fée du logis… Très bien,  je serai cette femme…

 

Après quatre autres heures passées à ranger, préparer et mijoter un repas gargantuesque, je suis enfin prête à accueillir mon cher et tendre comme il se doit… J’ai même pris le temps d’être sexy pour lui…

 

Je l’attends mais il ne vient pas, je l’appelle sur son portable mais pas de réponse, je suis déçue et en même temps inquiète… D’un autre côté les enfants sont déjà couchés, ce qui va nous permettre de nous retrouver tous les deux… Vers 22 heures il arrive enfin… Il n’est pas comme d’habitude, enfin presque, il fait la tête, mais semble gentil et plein de compassion envers moi, ce qui est plus qu’inhabituel…

 

“Au fait !“ Me dit-il “J’ai trouvé une amende dans la boite à gant de la voiture… “ Mon sang ne fait qu’un tour… il a tout compris…il sait pour Roméo… Je ne sais pas quoi dire…

 

Pourtant il ne semble pas contrarié, il me regarde tendrement et me dit simplement “ Je l’ai payée, si tu l’avais oublié tu aurais dû payer encore plus cher…”

J’en suis malade, il est en train de me dire qu’il me paye ma partie de jambes en l’air, je ne suis qu’une sombre merde, je ne me rendais même pas compte de l’homme formidable qui vivait à mes côtés.

 

“Merci” lui dis-je. “ça tombe bien je t’ai préparé un excellent repas pour me faire pardonner…”

“C’est moi qui suis désolé“ dit-il “Mais je n’ai pas très faim” je m'aperçois à ce moment qu’il n’a même pas enlevé son manteau.

“Il faut que je te parle”

“Oui ! Vas y, mais enlève ton manteau ! On a l’impression que tu vas repartir, ça ne va pas?”

 

“Écoute et ne m’interromps pas, ce n’est pas facile a dire“

 

Je ne dis rien, je m’attends à ce qu’il m’annonce la mort de quelqu’un de proche ou pire qu’il me dise qu’il a une maladie grave et qu’il ne lui reste que quelques mois ou semaines à vivre… Son air est tellement grave… Néanmoins tout cela ne justifie pas qu’il garde son manteau sur lui !

 

“Voilà, ça fait près de six mois que je dois te le dire, mais tu semblais tellement triste ces derniers temps et  je ne voulais  pas te rendre encore plus triste…”

 

Mais qu’est ce qui devrait me rendre encore plus triste et pourquoi il garde son manteau ? Je suis de plus en plus perdue.

 

“Je ne sais pas comment te le dire, mais comme ces deux dernières semaines tu semblais  mieux dans ta peau et plus heureuse je me suis dis que c’était le moment de te l’annoncer”… De toute façon, je ne sais pas si il y a vraiment de meilleur moment ! En tout cas c’est aujourd’hui…”

 

“Mais me dire quoi” dis-je en m’énervant cette fois. “C’est pénible…”

 

“Et bien… Il y a un an, j’ai rencontré une femme et je l’aime, voilà pourquoi j’étais si souvent absent et que je ne t’ai pas témoigné plus d’attention. Je ne peux pas aimer deux femmes à la fois, je ne suis pas ce genre d’homme. Les aventures, les plans cul, ce n’est pas mon truc, te mentir non plus… Tu le sais tout ça. Je ne savais pas que je pourrais aimer un jour une femme plus que toi et pourtant c’est ce qui est arrivé…Je suis désolé, tu dois me trouver minable et tu as certainement raison mais je ne peux pas aller contre mon désir... Je pars ce soir...”

Je n'entends plus qu'un  flot incessant de mots. À cet instant, je suis aspirée dans un trou noir, tout mon corps se disloque je ne sens plus rien…

Chapitre 18

Ma chambre d'ado

artfichier_761076_3394573_201402031423632.jpg

Allongée sur le lit de mes 16 ans, les yeux au plafond, je fais le point sur ma triste vie de nouvelle célibataire…

De retour chez ma mère, qui a bien voulu me rendre ce qu’on peut qualifier de chambre, juste parce qu’il y a un petit lit ! Le reste de la pièce étant transformé en salle de sport sur équipée pour ma mère et ses copines !!!

Une semaine sur deux je dors dans un endroit qui sent aussi bon qu’un vestiaire de club de gym aux heures de pointe !! je me souviens maintenant pourquoi je ne mets pas les pieds dans un temple du F.A.C (fesse, abdos, cuisses, pour les non-initiés)…

Je passe donc une semaine chez ma mère et une autre dans mon ancien appartement avec les enfants. En tant que BOBO qui se respecte nous avons convenu avec mon Ex cher et tendre de laisser l’appartement aux enfants et que c’était à nous de déménager toutes les semaines…Mon ex cher et tendre va donc vivre chez sa blonde peroxydée et siliconée, pendant que je suis avec les Schtroumpfs ; Et moi je repars dans ma salle de sport quand mon ex cher et tendre est avec les enfants.

Et, comme tous les dimanches soir depuis 2 mois, je me demande pourquoi il m’a quittée pour cette pétasse et m’apprête quand même à sortir avec mes copines pour profiter de ma dernière soirée de la semaine en tant que femme célibataire sans enfant.

Je n’ai répondu à aucun des 212 messages de Roméo, ou peut être une fois pour lui dire que je n’avais ni l’envie ni le courage de le voir !!! ce qui est complètement idiot puisque j’en crève d’envie… Mais bon, l’auto-flagellation est un art que je manie de mieux en mieux.

Je me décide enfin à prendre ma douche et à faire mon sac pour la semaine avec le linge gentiment lavé et repassé par ma mère (avantage non négligeable) quoi-qu’il m’arrive d’être en rage quand elle porte un jugement sur mes tenues !

Il est évident que je devrais m’activer pour me trouver même une chambre de bonne afin de m’éviter ces petites prises de tête entre mère et fille…Mais payer deux loyers est pour le moment juste impossible…

1h30 plus tard je suis chez Gégé avec les filles à déguster ses petits shots… Laura arrive toute guillerette ce qui a le don de m’agacer en ce moment…

“Salut les filles“ elle s’arrête sur moi, me prend dans ses bras, me regarde avec pitié et me dit “ça va ma chérie tu tiens le coup ?“ “tu sais qu’on est là pour toi “ , “t’as mauvaise mine“, “faut que tu manges" , “t’as au moins perdu 10kg là “, “faut réagir“, “Hey Gégé ! Je paie ma tournée “ 

Et sans me laisser le temps de déverser mes angoisses, mes envies, ou même de la rassurer pour lui dire que je tiens le coup, elle se pose, affiche le plus beau des sourires et lance un “ Vous ne devinerez jamais ce qu’il m’est arrivé cette semaine ?“ À ce moment, les suppositions fusent de toute part.

“T’as enfin appris à faire à manger ?“, “T’as réussi à garder un job plus d’une semaine ?“, “T’as avalé un clown ? », moi je lui lance vu mon humeur “Tu t’es regardée dans la glace et t’as eu mal“ et Lili plus coquine lui dit  “T’as enfin trouvé ton point G ?“

À ce moment Zaza qui n’avait bizarrement rien proposé m’attrape la main discrètement !

Laura nous dit “ ouiiiii c’est presque ça ! hé hé j’ai recroisé, comme Zaza le sait déjà, son super cousin… “

À ce moment-là, je crois mourir ; Tout mais pas ça… Et voilà Laura en train de nous expliquer sa rencontre avec Roméo, comment elle lui était rentrée dedans et comment point par point il lui avait fait l’amour comme un dieu…

Je pense que les shots de Gégé ont aidé mais je suis prise de nausées, je n’arrive plus à respirer, chaque détail que nous fournit Laura est comme des pics que l’on m’enfonce dans le corps…La main de Zaza est toujours dans la mienne, je la serre de plus en plus fort. Une fois que Laura à fini de vomir toutes ses insanités qui m’auraient d’ordinaire fait mourir de rire, elle finit son monologue par un “ au fait il m’a demandé comment tu allais ! “ c’en est trop pour moi, je me lève en vacillant et part en catastrophe aux toilettes…Je reviens quelques minutes plus tard livide tous les regards de mes copines braqués sur moi...

“Ma pauvre chérie faut que tu arrêtes de te mettre dans des états pareils pour ton ex ! tu traverses une période difficile…“

Je me ressaisis leur demande pardon pour mon non enthousiasme général…Avant de partir je demande gentiment et un peu perfidement à Laura comment il lui a dit au revoir…

Laura me dit qu’elle ne comprend pas ma question. Je reformule plus clairement en lui demandant s’il lui a roulé un patin de la mort ou s’il l’a embrassée sur la joue en lui faisant une bise amicale ?... Laura dit  “oui bon c’est vrai qu’il n’a pas été super chaleureux quand je suis partie, et que sa bise m’a un peu surprise ! Mais bon il m’a dit qu’il me téléphonerait… “

Dans ma tête, je suis en colère ! En colère contre Roméo parce que c’est un pauvre coureur de jupons ! En colère parce que je me trouve minable et que ça fait deux fois en deux mois que je me fais prendre pour une conne ! En colère parce que j’aime Laura et qu’il n’aurait jamais dû faire ça avec elle.

Je décide de rentrer chez les enfants avec Zaza, qui me propose de passer la fin de soirée avec moi… J’accepte volontiers sa proposition et je passe tout le chemin du retour à pleurer dans ses bras…

Chapitre 19

L'appartement des enfants

artfichier_761076_3394772_201402043023460.jpg

Je suis contente de rentrer et de passer une semaine avec les enfants, même si j’appréhende de croiser mon ex cher et tendre et sa blondasse de nouvelle moitié !

Mais comme à chaque fois il est seul dans l’appartement. Il semble content de nous voir avec Zaza et nous propose même un café avant de partir.

Je le trouve beaucoup plus attentionné et gentil qu’auparavant, c’est toujours dommage de se déchirer et de se séparer pour se rendre compte, que ce qu’on avait au final était génial !. Même si, dans notre cas, il n’y a pas eu un mot plus haut que l’autre, je ne me sentais pas en mesure de lui faire une scène alors qu’il partait avec miss mocheté, c’est comme si j’étais punie de l’avoir trompé et que je devais accepter mon sort sans dire un mot.

Je le regarde préparer notre café, me raconter les histoires des enfants que j’ai manqué cette semaine, me parler de son boulot (il a la courtoisie de m’éviter le chapitre sur miss Trudy). Trudy ! Mais comment on peut avoir une copine avec un nom comme ça ?

Il est là devant moi et je le trouve terriblement sexy. Je me surprends à minauder devant lui, je suis toute mielleuse et ridicule !… Ce qui le surprend, puisqu’il me demande si je me sens bien ? “ je te trouve bizarre en ce moment, tu vas bien ? “ “ t’as mauvaise mine “, “ tu manges ? “, “t’as perdu du poids ? “, “ vous êtes encore passées chez Gégé, vous sentez l’alcool toute les deux “, “ Décidément vous ne grandirez jamais ! “

 

Aïe ! ça, ça fait mal et je ne m’y attendais pas ! Je ne trouve rien à redire, il a sans doute raison… il me fait le point sur ce que je ne dois absolument pas oublier de faire pour les enfants cette semaine, nous claque une bise à chacune, nous souhaite une agréable semaine et part…

 

Débriefing immédiat avec Zaza…

“Non mais tu t’es  vu !“ demande Zaza “ T’es une vraie carpette, tu ne dis rien tu ne te bats même pas !! t’as des étoiles dans les yeux quand tu le vois et tu ne réagis pas ! T’attends quoi ? Tu pleures sur Roméo, tu fonds quand tu vois ton ex et rien pas de réactions, t’as l’encéphalogramme plat ou quoi ? Tu vas te laisser mourir comme ça longtemps ? Merde ! Tu me saoules, j’en peux plus de te voir comme ça…

Tu ne sais pas ce que tu veux et pire tu ne sais même pas ce que tu ne veux pas ! Réagis, choisis, mais fais quelque chose !“

 

Je lui réponds que je suis complètement larguée,  “ Tu sais, j’ai jamais vu sa foutue nana, je ne fais que supposer à quoi cette Trudy peut ressembler, J’ai perdu mon Modjo à jamais, j’ai plus envie de rien, j’ai même pas envie d’un mec… Enfin c’est vrai qu’il m’arrive certaines nuits de rêver que je me  retrouve dans les bras de mon ex cher et tendre et parfois dans ceux de Roméo… Tu comprends il m’a tellement peu aimée ces dernières années que finalement, je me dis que c’est de sa faute si j’ai retrouvé Roméo, et puis en même temps pourquoi il a eu le besoin de retrouver cette naze de Trudy ? Qu’est ce que j’ai de moins qu’elle, et puis d’un autre côté il semble tellement heureux maintenant, il est métamorphosé, il est doux et aimable avec moi comme si il n’avait plus de pression ! Et regarde Roméo, il ne change pas non plus, il séduit toujours autant les filles, il s’éclate ! Qu’est ce que je suis moi dans leur vie ? Un accident de parcours ?

Zaza voit rouge…  “ Non mais tu rigoles ! T’es juste incapable de parler de tes sentiments, à l’un comme à l’autre, t’as laissé ton ex cher et tendre se barrer sans réagir lui prouvant que pour toi ça n’avait finalement aucune importance et tu l’as conforté dans son choix ! Et Roméo était dingue de toi et tu ne lui as même pas laissé sa chance ! Tu peux me redire combien de messages il t’a laissé ? T’as même pas réussi à lui dire ce que tu ressentais, et même si tu n’en étais pas certaine, tu ne le lui as rien expliqué. C’est toi qui l’as poussé dans les bras de Laura, et s’il l’a fait avec elle c’est pour mieux te toucher et te faire réagir ! Alors oui c’est très con, mais tu ne t’ouvres pas, tu es fermé à l’amour, tu ne le supportes pas, dès qu’il y a des sentiments tu fuis ! C’est toi qui vas mal, pas eux… Et crois moi, je te dis tout ça parce que je t’aime et qu’il est temps que tu te réveilles…“

 

“Oui et bien rappelle moi de ne pas te dire de venir la prochaine fois que tu veux me remonter le moral !!! Même les histoires de cul de Laura me semblent plus douces à entendre que ce que tu me dis !

Et en même temps tu as tellement raison, je suis incapable de parler de sentiment, d’amour, ou de ce dont j’ai envie.

Je n’ai jamais su dire à un mec ce que j’aimais, ou qu’il me faisait du bien ! Quand je fais l’amour je me laisse guider par le rythme de l’autre, s’il colle au mien tant mieux sinon tant pis pour moi !

Mais tout ça c’est par amour, je préfère m’effacer pour l’autre, j’ai toujours fait ça !“

 

“Bah oui mais tu vois p’tite mangue ce n’est pas ça l’amour, ça c’est de la soumission, et c’est tellement pas toi… Tu ne peux pas aimer si tu ne t’aimes pas plus… J’ai pas la solution du grand amour et pour quelqu’un de célibataire comme moi tu peux penser que je n’ai rien à t’apprendre…Mais moi au moins je sais ce que je veux et surtout ce que je ne veux pas. Apprends à vivre, pose tes conditions, t’as le droit à quelque compromis en amour mais pas autant que tu t’en es imposée jusqu’à maintenant !!! et vu le résultat je crois que tu devrais changer de méthode… T’as plus rien à perdre ma chérie…

Et mon dernier conseil serait que tu finisses ce que tu as commencé avec Roméo, t’es libre maintenant, rends toi compte une bonne fois pour toute qu’il est ou pas fait pour toi !!! et ensuite essaye de reprendre ton ex cher et tendre ! Même si tu n’y arrives pas, tu auras au moins essayé.“

 

“Mais Arête Zaza !! Je ne suis pas polygame non plus, je n’arrive pas à gérer tout ça… Et puis je ne sais pas si je peux aimer deux hommes à la fois ?“

 

Oui alors ce n’est pas du tout ce que je te dis !!! je ne te parle pas de polygamie là, éclate-toi, essaie, découvre-toi, apprends à aimer, rencontre, vis … je ne te parle pas de polygamie, je te parle d’un harem, t’as 30 ans ( oui j’arrondis à la dizaine inférieure) bientôt on sera moches et grosses, c’est maintenant que tu n’as plus d’homme dans ta vie , que tu vas apprendre à en avoir plein. Tu ne dois plus rien à personne… Si tu dois re séduire ton ex cher et tendre et Roméo vas y fait le, mais ne t’arrête pas là… Et quand tu seras rassasiée que tu auras fait le point sur ce que tu veux vraiment, là tu pourras essayer de te poser un peu… Je ne t’aurai jamais tenu ce discours, il y a un an, quand tu avais ta vie de famille, mais là tout s’est cassé la figure, mais ce n'est pas négatif au contraire, c’est un atout pour toi. Ne te laisse pas mourir comme tu le fais…“

 

 

“Zaza tu te rends compte de ce que tu me dis… Tu me demandes d’agir comme la pire des salopes, ou le pire des mecs…C’est tout ce qu’on a pu exécrer chez un homme et une femme depuis des années… En même temps c’est toi qui a raison, j’ai plus rien à perdre, je sais que j’ai de l’amour à donner, je déborde d’amour et je ne peux pas être exclusive, pas maintenant, pas encore, je veux donner prendre et m’en aller…

Zaza tu crois que c’est ça la vie ?

Allez Zaza,…ouvre le frigo, je crois qu’il reste  une bouteille de champ'…“

Chapitre 20

L'interrogatoire

artfichier_761076_3413370_201402090206545.jpg

Réveil difficile comme après chaque petite cuite… Je prépare le petit déjeuner pour les enfants et imagine une liste de questions à poser à ma grande fille. J’aimerais en savoir plus sur la (sans intérêt) Trudy… Je me dis qu’Emma doit bien l’avoir croisée une ou deux fois…
Je dresse la table du petit-déjeuner gargantuesque pour fêter nos retrouvailles…
Je fais avec eux le bilan de la semaine, prépare les menus des repas pour qu’ils mangent uniquement ce dont ils ont envie, programme la ou les sorties du mercredi, signe quelques documents de scolarité et attaque avec mes questions de manière, je l’espère subtile…
“Et alors elle est comment la nouvelle copine de papa ? “
Réponse le nez dans son bol de céréales “kronch, kronch  j’en sais rien…kronch kronch “
“Ah elle est jamais passée à l’appartement ? “
Réponse en buvant son jus d’orange “Glou glou nan ! “

“ Bon alors t’as rien à me dire de spécial ? “
“ Nan “
“ C’est joli ce ruban que tu portes dans tes cheveux, c’est papa qui te l’a offert “
“ Kronch, kronch, yep, mais c’était de la part de Trudy…kronch kronch il m’a dit de bien  le mettre ce matin…kronch kronch “
“ Oui enfin la couleur n’est pas terrible ! mais tout te va à toi de toute façon »

Je suis verte de rage !!! non mais elle se prend pour qui d’offrir des cadeaux à ma fille…
“ Glou Glou … T’as vu papa a oublié son Agenda “
“ Oui bah c’est qu’il ne devait pas en avoir besoin, il le récupérera la semaine prochaine ! “
Pff  je ne vais pas lui servir de coursier et lui rapporter quand même !

“ Bon allez les monstres, on avale ce qu’on a dans la bouche et hop hop hop à l’école “…

De retour à la maison, je ne résiste pas longtemps à jeter un œil sur l’agenda de mon ex cher et tendre…
Je l’ouvre et le referme vite en me disant que ce n'est pas bien du tout… Que je n'aimerai pas qu’on me le fasse… Mais comme je suis immorale, je m’installe agréablement dans le canapé…et commence la lecture illégale de cet agenda comme s’il s’agissait d’un journal intime…

C’est toujours drôle de voir le soin qu’on prend à écrire la première page ! Mon ex cher et tendre a clairement mis toutes les infos le concernant en cas de perte dudit agenda…Son nom, son numéro de téléphone, je constate avec un peu d’amertume qu’il a rayé mon nom en face de la question personne à contacter en cas de problème et qu’il l’a remplacé par le prénom de Trudy avec son numéro de portable… Argghh il va vite… Je note quelque part ce numéro de téléphone en me disant que je pourrais si l’envie me prend lui pourrir son répondeur de blague débile… complètement futile mais terriblement grisant à faire !
Je passe les pages une à une, m’arrêtant avec nostalgie sur quelques rendez-vous partagés tous les deux, comme le dernier concert de Radiohead … Et puis je tombe sur le mardi 22 septembre 12h30 14h30 rdv déj avec T… Annotation (génial)
et semaine après semaine, mois après mois je peux lire, T par ici, T par là, le soir, le matin …Même certain week end…
Toujours écrit très proprement avec le même stylo et toujours avec une petite annotation ou bien trois petits points ou encore avec des points d’exclamation !!!
Il s’est fait plaisir c’est fou et moi qui n’ai absolument rien vu, rien soupçonné !!! c’est incroyable comment j’ai fait pour être aveugle comme ça ??
Et puis le jour de notre rupture , le T se transforme en Trudy !!! c’est un festival de rendez-vous !! Trudy et moi en Normandie ( penser à réserver l’hôtel), Pic-nique avec Trudy, Week-end en amoureux avec Trudy !!! Je tombe même sur un passer chercher la robe de Trudy chez le teinturier !!!! Non mais j’hallucine !! elle lui fait quoi pour le rendre comme ça ? Un vrai toutou… Mais c’est quoi cette femme ?
Je passe les pages comme pour lire l’avenir. Jeudi 3 Juin, Important Aller chercher la bague ! Entouré et surligné … le salaud il lui offre une bague !
Je fais défiler un mois jusqu’au samedi 1ER juillet Jour J RDV devant Monsieur le maire 11H30 !
OH MY GOD ! Il ne va pas faire ça, il va quand même pas épouser cette BEACH BLOND GIRL ! Alors qu’on a toujours trouvé idiot l’idée même de mariage !

Je n’arrive plus à respirer … Je balance cet agenda à l’autre bout de l’appartement et j’hurle !!!
Il faut que je me calme… c’est un cauchemar, je vais me réveiller…Inspirer, expirer 1.2.3.4 souffler…Je le déteste, je le hais, et moi qui me posais un milliard de questions sur le bien et le mal !
Bon il faut que je parte je suis déjà en retard pour mon shooting… 
 

Chapitre 21

L'hôtel

artfichier_761076_7544404_201801183718138.jpg

Les sentiments de colère, de jalousie, ne me quittent pas de la journée, c’est comme un dernier électrochoc… il faut que je rappelle Roméo, lui seul est capable de me consoler… Dans ses bras, je peux tout oublier, me rassurer, j’ai tellement besoin d’amour…Mais comment faire pour reprendre contact, comment lui faire comprendre… Et s’il ne veut plus de moi, et s’il a vraiment tourné la page… J’ai besoin de lui, tout mon corps le réclame, j’élabore des milliers de possibilités, mais toutes sont trop longues, je ne peux pas attendre, j’ai passé l’âge de tourner autour de la question. Il doit savoir que s’il me veut je suis là…
Je compose le plus explicite des textos.  “ Si tu veux toujours me voir, je suis libre demain entre 12h et 14h30. Trouve un hôtel… “
Texto envoyé …
Arrgghh ! Mais je suis trop impulsive, il va prendre peur avec un message pareil… Je le laisse sans nouvelle pendant deux mois, je crois quoi… À quoi je peux m’attendre ?…
De toute façon c’est trop tard s’il ne me répond pas mon amour-propre prendra une nouvelle fois un coup… mais je commence à avoir l’habitude…Et je préfère qu’il ne réponde pas plutôt que de m’assener une réponse de tueur... 
Les heures passent et rien … rien c’est exactement le sens de ma vie…rien est ce qui me définit le mieux… Je m’endors difficilement en me demandant si finalement ça vaut vraiment la peine que je me réveille demain…
Pourtant comme je suis contre toute absorption massive de médoc et qu’on a jamais vu quelqu’un se suicider en avalant deux tubes de granules d’arnica… je me réveille…
J’ai un message sur mon téléphone…  « Je t’attends demain au George V chambre 307…Je ne pense qu’à toi… »
Mon cœur s’emballe, il se souvient de mon fantasme de faire l’amour au George V… C’est fou, Roméo est parfait et finalement si c’était lui que j’attendais…C’est lui et personne d’autre et j’ai failli le perdre…
Résumons… il est 7H30, j’ai mille trucs à faire ce matin et il faut que je sois la plus désirable des femmes dans exactement 5 heures ! C’est la panique…
Procédons dans l’ordre, d’abord on expédie les enfants à l’école ensuite on annule tous les rendez-vous de la journée…La grippe, c’est bien ça comme excuse…Ensuite douche et…Oh non je suis un véritable yéti !!! Faut que j’appelle SOS épilation rapide, ensuite acheter les dessous les plus sexy, une petite robe légère… Non pas le temps, je vais y aller sans robe… C’est parfait pour un rendez-vous de sexe dans un hôtel !

12H35 contre toute attente de ma part, je suis au pied de l’hôtel… J’entre avec le sentiment que tout le monde voit que je n’ai rien sous mon manteau…Mon cœur va sortir de ma poitrine.
Je demande timidement au concierge de m’annoncer auprès de la chambre 307…
Je traverse l’hôtel doucement profitant de chaque moment, hallucinant sur le fait de me retrouver là, dans le lieu de tous mes fantasmes… Ça me paraît magique, avec la petite pointe de nostalgie qui vous envahit quand on est sur le point de réaliser ce que l’on désire…
Dans le couloir qui me conduit à la chambre, le tapis épais me donne la sensation de marcher sur un nuage, mon pas est léger, je plane… Je frappe délicatement à la porte, il m’ouvre, m’attrape par la main, m’invite à rentrer en me tirant vers lui et referme la porte. Son parfum entoure instantanément tout mon corps et me fait replonger dans ses bras. Des frissons  me parcourent, en partant du bas de mes reins…Après 10 minutes de baisers langoureux sans un mot, il me propose de boire quelque chose…

Je découvre enfin cette chambre que je n’avais même pas regardée, tout est parfait, les couleurs chaudes, la bouteille de champagne qui trône au milieu de la table… Dans ma tête John Coltrane joue son album Ballads.
Je savoure ma coupe de champagne avec lui, je souris bêtement en le regardant, je sens que toute la pièce est électrique… Un rien peut déclencher une explosion d’amour… Et ce rien arrive quand Roméo me propose de me mettre à l’aise et d’enlever mon manteau… je l’enlève et le laisse tomber derrière moi…Roméo ne dit plus rien, il passe une minute à me regarder alors que je suis presque nue, puis s’approche de moi, m’embrasse, me soulève et m’emporte sur le lit…Il caresse tout mon corps, m’embrasse des pieds à la tête, me dit que je suis belle, que je viens de lui faire le plus beau des cadeaux ! Je suis sur un nuage, j’ai toujours Coltrane dans la tête... 
Mais brutalement, le disque, se  met à sauter quand il me dit “ T’es tellement plus sexy que Laura “
Je le repousse violemment et lui dis “Pardon ? C’est à ça que t’es en train de penser ? Au fait que tu as de la chance parce que je suis plus sexy que Laura !!! Mais tu es un grand malade ! Je suis plus sexy que la dernière nana que tu viens de te taper et quoi ? Je serai moins sexy que la prochaine !?
Tu me dégoûtes…“
Je fais un point rapide sur la situation ridicule dans laquelle je me retrouve et oh miracle, je viens de me rendre compte de ce que je ne veux pas… Je ne veux pas de lui et je ne veux pas de cet amour là…Me faire sauter par un mec dont la baise est un sport national et qui ne trouve rien d’autre à me dire que de me comparer à un autre de ses trophées…
Je remets mon manteau lui dit que c’était une erreur de venir, une erreur de l’avoir rencontré et qu’il ne cherche plus jamais à me voir, ou à me parler et en claquant la porte je lui dis que Laura est la plus extraordinaire et la plus sexy des filles que j’ai jamais rencontrée !
Je quitte l’hôtel la tête haute sans courir en prenant mon temps savourant enfin une décision saine et libératrice, retrouvant un minimum d’estime de moi pour aller de l’avant.
 

Chapitre 22

La libération

artfichier_761076_3413405_201402090932820.jpg

Une fois chez moi je prends une douche pour enlever l’odeur de Machin…J’enfile mon vieux jean, mon tee shirt trop grand et mes grosses chaussettes blanches… Je suis bien… Quoi qu’il me reste une dernière chose à accomplir avant de me sentir complètement libérée !
Je prends mon téléphone pour enfin dire ses quatre vérités à mon ex cher et tendre, lui faire comprendre que c’est dégueulasse de tirer un trait comme ça sur 8 ans de vie commune…Que je ne suis pas un kleenex qu’on jette comme ça sans aucune délicatesse…Qu’avant de me quitter pour miss dégueuli d’ivrogne il aurait dû essayer de sauver notre couple, notre vie de famille. Il faut qu’il comprenne que je suis en colère et que même si tout est fini, je tenais à ce qu’il sache que moi ça ne me convenait pas… il doit savoir ça avant de prendre pour épouse un phacochère !!! Qu’il se rendre compte que j’existe, que je vibre et que je suis terriblement en colère.
Mais tout ça je ne peux pas lui dire par téléphone…Je l’appelle donc et lui dit très sèchement…  “Tu as oublié ton agenda à l’appartement l’autre soir, il faut que tu viennes le chercher et en plus je dois absolument te parler, j’ai quelque petits trucs dont il faut absolument que je te parle. Viens le plus vite possible !“ 
Mon ex cher et tendre au bout du fils semble se réjouir de mon ton colérique et me dit, “ Je suis là sans que tu aies le temps de raccrocher… “ 
Je lui réponds “parfait“ et au moment où je m’apprête à raccrocher, on sonne à la porte.
Je me dirige vers la porte d’entrée, toujours très remontée mais avec quand même une envie de rire s’il s’agit bien de lui…

J’ouvre la porte et il me dit “ Tu vois, je ne t’ai pas menti “

“ Oui bon très bien, pour une fois tu as été efficace ! Tu ne m’as peut-être pas menti, mais tu ne m’as certainement pas dit toute la vérité et je lui tends son agenda… J’attends des explications… »

Au moment où il s’apprête à ouvrir la bouche, je ne lui en laisse pas le temps… Et je me lance dans un long monologue, où enfin je lui dis tout ce que j’ai sur le cœur, son manque d’intérêt pour moi depuis plus d’un an, son côté froid et sans cœur, le fait que j’avais besoin d’amour, que je le détestais parce qu’il avait préféré fuir avec sa blondasse d’ivrogne peroxydée de Trudy…
Je ne taris pas d’injure pour la qualifier, ce qui bizarrement  le fait rire et ce qui me rend encore plus mauvaise… Je suis une véritable furie, puis j’enchaîne toujours sans lui laisser placer un mot sur le fait qu’il est horrible d’apprendre qu’il va se marier en le lisant dans son agenda et qu’il aurait au moins pu m’en parler.
Une fois que je suis épuisée de parler et que j’ai même cassé trois assiettes et un verre (extrêmement libérateur) je me calme et je lui laisse enfin la parole…

Il est presque hilare, je n’en reviens pas, mais c’est avec calme et un certain plaisir qu’il me répond…

“ Ça fait exactement 2 mois, 4 jours, 8 heures et 45 minutes que j’attends que tu réagisses comme tu viens de le faire… J’ai crû que tu ne le ferais jamais…“
A ce moment mon ex cher et tendre peut lire sur mon visage mon interrogation, je ne comprends rien de ce qu’il me dit…

Tu as raison, si je devais d’écrire Trudy, je le ferais exactement comme toi, c’est le plus immonde des personnages…Mais ce n’est qu’un personnage, elle n’a jamais existée…

“ Quoi ? Mais comment tu peux me dire ça ? Qu’est ce que tu me racontes ? Et ton agenda et … “

“ Attend tu vas comprendre…“

J’ai tout inventé, ça fait des semaines que je laisse l’agenda à l’appartement, parce que je sais que tu ne pourras pas t’empêcher de lire… Mais comme tu ne le trouvais jamais, j’ai chargé Emma de te le faire remarquer… Je voulais te faire réagir…ça fait un an que tu ne voyais plus les marques d’attention que j’avais pour toi, tu ne t’en apercevais même pas, tu étais triste et ça me rendait malade à en crever, j’avais beau faire mon possible pour maintenir une vie famille agréable, bosser pour qu’on ne manque de rien, mais toi tu ne le voyais plus, tu ne me voyais plus… Après le test de grossesse, ça a été de pire en pire, et moi je te perdais, je croyais mourir les soirs où tu ne rentrais pas, les soirs où moi je ne rentrais pas pour me blottir contre toi, j’étais transparent…
Et oui j’ai préféré te dire que j’avais quelqu’un pour que  toi tu ne t’empêches pas d’être heureuse… Je t’aime trop pour te priver de ta liberté…
J’ai tout inventé, le soir où je t’ai dit que je partais, j’espérais que tu réagirais, que tu ouvrirais les yeux, que tu serais en colère, exactement comme tu viens de le faire…
C’est complètement débile… Mais nous ne sommes pas parfait ! et moi j’étais perdu…

Il n’y a qu’une seule femme dans ma vie et c’est toi, pourtant je t’ai rendu malheureuse, et je n’ai pas su te montrer que je t’aime…
Je te regarde là dans ton vieux jean’s et je me dis que t’es la plus belle femme du monde et que si tu ne voulais plus de moi j’en mourrais…“

Je lui dis la voix tremblante par mes pleurs “ Alors tout est faux ? Les week-ends en amoureux, la bague, le mariage… Rien n’existe ? Mais pourquoi tu ne m’as pas parlé ? pourquoi ?

“ Parce que tu ne voulais pas écouter… et oui tout est faux même son numéro de portable, mais t’as pas dû essayer de lui pourrir son répondeur, parce que tu aurais su que c’était un numéro non attribué !“

« Je souris, en essayant de sécher mes larmes… »

Il me dit “ Il y a quand même quelque chose de vrai là-dedans, c’est la bague, sauf que je l’ai achetée pour toi “…

Il s’approche de moi, sort la bague de sa poche et me dit, “ Je te fais ma non-demande en mariage, et te supplie de passer le reste de ta vie à mes côtés, je veux voir les rides couvrir ton visage, je veux te rendre heureuse, et je veux te sentir chaque nuit près de moi jusqu’à mon dernier souffle …

Je veux juste aimer la plus belle et la plus compliquée des femmes que je n’ai jamais rencontrée…“

Je me suis réveillée, je suis amoureuse… Mon cher et tendre me fait peut-être la déclaration la plus à l’eau de rose qui existe, mais s’il est capable de faire ça pour moi, alors je suis certainement à cet instant la femme la plus heureuse du monde.


“des nouvelles d’elle“ écrit en 2007. tout droit réservé ©Joanna Tarlet Gauteur